Ramasse-miettes n°115

9 Sep 2018

Dans cette livraison : Trump est décidément un bon sujet (1&2)… Les végans font des dégâts (3) ; Soigner les soignants (4) ? Benjamin Griveaux n’en rate pas une (5) ; Un massacre se prépare à Idlib (6) ; Rodomont est de retour (7) ; Pour une nouvelle théorie de l’État (8) ; Bible : Osée 8-7 (9) ;  Loi asile-immigration, ça passe (10)… ; Pépère se lâche (11) ; Dubaï papers (12)…

Trump encore et toujours.

Un haut responsable explique comment il s’efforce, avec d’autres, de lutter de l’intérieurcontre les « pires penchants » du président. La publication de ce témoignage intervient au lendemain de la diffusion de larges extraits d’un livre explosifdu journaliste d’investigation Bob Woodward, qui dresse le portrait d’un président colérique et paranoïaque que ses collaborateurs s’efforcent de contrôler, voire de contourner, pour éviter de dangereux dérapages.

Du coup, chasse à la taupe à la Maison Blanche.

La chasse à la taupeest ouverte à la Maison Blanche. Après la publication de la fameuse tribune anonyme dans le New York Times du mercredi 5 septembre, dont l’auteur n’est autre qu’un haut responsable de son administration. Donald Trump tweete frénétiquement sa colère et écume de rage.

Mais où va se perdrel’extrémisme militant ?

Il arrive (souvent) que les meilleures intentions finissent par susciter des formes de militantisme violent, voire fascistoïdes et c’est bien le cas de certains « Végans » qui s’en prennent aux bouchers qui ne sont, somme toute, que des commerçants rendant service à des non-végans. Les « viandards »  (ceux qu’ils désignent comme les « soldats »d’une société« carniste » qu’ils veulent « abolir  ») n’attaquent pas les boutiques véganes… du moins pour l’instant.

La palme de l’enduranceobtenue par l’hôpital Jacques-Cœur de Bourges.

Entre la suppression des lits d’hospitalisation et le personnel non remplacé, les conditions de travail sont devenues plus que rudes, effrayantes. Sans compter l’hémorragie ininterrompue des urgences.

Et le personnel hospitalier de pointer les causes apparentes de ce marasme : « L’ambition est claire : réduire drastiquement les moyens alloués aux hôpitaux de la région sous couvert de dette publique. » Et vive le libéralisme économique érigé en saint Évangile.

Avec Benjamin Griveaux, on n’est jamais déçu.

Le fringant baronnet de la macronie, Benjamin Griveaux,n’en rate pas une. C’est un régal ! Voici la dernière :

« Syndicat ! Caca ! ». Cette blague célèbre de Coluche, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux en a donné une nouvelle version mercredi 5 septembre. Visiblement courroucé par l’intervention de Vincent Drezet, du syndicat national Solidaires Finances publiques qui le précédait au micro de RTL, le candidat putatif de La République en marche (LREM) à la mairie de Paris a qualifié le fonctionnaire de « syndicaliste opposant au gouvernement ». C’est-y une tare ?

Massacre en perspective.

Les gens comme Bachar al-Assad n’ont pas de conscience, ses alliés non plus, c’est pourquoi un massacre est très probable et la communauté internationale sortira les kleenex de l’hypocrisie.

Quasi quotidiennement, le pouvoir de Bachar al-Assad et son allié russe lancent des déclarations va-t-en-guerre sur  Idlib, province du nord-ouest dominée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham. On sait ce que promet ce genre de menaces, dans la bouche du « Boucher de son peuple ».

Rodomontade ?

Édouard Philippe, à propos du prélèvement des impôts à la source : « Nous avons les garanties que cette réforme sera mise en œuvre dans de bonnes conditions ». Commentaire de la presse : Si cela se passe bien, alors bravo l’artiste ! Il aura, avec l’administration des Finances publiques réalisé une prouesse. Dans le cas contraire, c’est une phrase qui lui reviendra, comme une litanie.

Raison d’état.

Je relaie ce papier de Noura Mebtoucheintitulé« Pour une nouvelle théorie de l’Etat  ».

« La raison d’état devrait être érigée en principe fondamental des lois de la République. Cela permettrait enfin de définir de manière claire et précise ce principe qui n’est pas toujours clair. Mettre ainsi ce concept dans le débat public permettrait de faire largement avancer notre conception collective de la République ».

« Qui sème le vent récolte la tempête. » Osée 8-7.

Le député d’extrême droite Jair Bolsonaro, candidat à la présidentielle d’octobre au Brésil, a été attaqué, jeudi 6 septembre, à l’arme blanche alors qu’il faisait campagne. Le gaillard se complaît dans les sorties violentes, regrettant, par exemple, que la dictature militaire, qu’il admire, n’ait pas tué plus de gens. Député d’extrême droite, il est en outre habitué des dérapages racistes, misogynes et homophobes. Espérons que ce coup de couteau n’en fera pas un martyr, d’autant que le « surineur » dit avoir « agi sur l’ordre de Dieu ». Mais les gens sont si versatiles…

Il n’aura pas un consulat celui-là. François Médéline peut en être sûr.

Et il l’a bien cherché :au lieu de l’ode à « Emmanuel M. », « Un personnage de roman »,que Philippe Besson avait plus ou moins bien, mais beaucoup, léché l’année dernière, François Médéline imagine une oraison funèbre dans « Tuer Jupiter »(éd. La Manufacture de livres, 220 p., 16,90 euros). Il descend Manu, en quelque sorte, plus exactement l’empoisonne avec du chocolat et un complot international. Gérard Collomb, fidèle compagnon (« Gégé la quenelle […] Gégé le tricard vengé par le destin »), se charge de l’éloge lors de la conduite au Panthéon…là où sont tous les dieux.

Comment osez-vous ,  M. Médéline ?

Validée par le Conseil Constitutionnel : La loi asile-immigration, vivement critiquée par la droite comme par la gauche, pour des raisons différentes, mais aussi par les associations d’aide aux migrants comme par  le Défenseur des droits, Jacques Toubon.

Cette loi grandit-elle la France ? On peut en douter.

Pépère se lâche.

Gérard Collomb en a de bien bonnes, selon lui :« L’impopularité record d’Emmanuel Macron et de son Premier ministre s’explique par un « manque d’humilité ». »

Sans rire, l’humour n’appartenant pas à son registre ordinaire.

C’est Jupiter qui va être content !

« Dubaï Papers »

La fête continue… Les « Dubaï Papers » permettent une plongée inédite dans l’industrie de l’évasion fiscale et du blanchiment de capitaux. Plusieurs mois d’enquête ont permis de réunir une quantité impressionnante de documents internes, d’éléments d’enquête et de témoignages dévoilant le fonctionnement du groupe Helin, une nébuleuse spécialisée dans l’ingénierie de l’opacité et installée aux Emirats arabes unis. Là où les fonds « se perdent » dans les sables.

Heureusement que Sarko nous avait dit, la main sur le cœur, « Les paradis fiscaux, c’est fini ».

« O tempora, o mores ».


Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

1 + 2 =