Ramasse-miettes n°118

2 Oct 2018

« Big Brother is back » (1);La révolte des nonnes (2) ; Qui arrêtera Orban ? (3) ; Corruption ou amateurisme ? (4) ; Errance… (5) ; Dérapage verbal et ignominies assumées (6) ; Conservatisme et vieilles dentelles (7) ;Puceau ! (8) ; À CRAN (9).

1-« Big Brother is watching you ».

Orwell l’anticipait, Amazon le fait… petit à petit. Le dernier en date, l’assistant vocal Alexa. Ce joyeux bidule pilote maintenant votre micro-ondes, même s’il lui arrive de se tromper en interprétant à sa façon un de vos ordres (un journaliste de l’AFP demande à Alexa de prolonger la cuisson de 30 secondes: après une petite pause, le haut-parleur « intelligent » se met à diffuser des chansons du groupe de rock « Thirty Seconds to Mars ».) Si si ! Pourtant, bien qu’il ait lui-même dû s’y reprendre à plusieurs reprises pour faire cuire une pomme de terre lors de la démonstration en grande pompe quelques minutes auparavant, l’un des dirigeants d’Amazon, David Limp, a assuré pourtant qu’Alexa était bel et bien de plus en plus intelligente.

Il faut être bien naïf pour ne pas s’inquiéter de l’invasion des objets connectés tous azimuts, bientôt, comme pour le personnage Winston Smith de  « 1984 », cherchera-t-on à nous « éduquer » via ces objets ? Il faut savoir qu’on nous espionne déjà.

2-La révolte des nonnes au Kerala.

Depuis deux semaines, suite à la plainte d’une religieuse de 44 ans qui accuse l’évêque Franco Mullackal de treize agressions sexuelles, entre 2014 et 2016, cinq nonnes de la Congrégation des missionnaires de Jésus-Christ se relaient pour dénoncer l’inertie de l’Église et des autorités indiennes. Ni la hiérarchie ni la police ne semblent prêtes à examiner l’affaire sérieusement. Franchement, mon bon François, il y a du boulot pour remettre ton Église dans les clous !

3-Le rapport Sergentini tire la sonnette d’alarme.

Ce rapport a servi récemment de base aux députés européens pour déclencher l’article 7 du traité de l’Union à l’encontre de la Hongrie. Il faut dire qu’Orban ne se sent plus, après  ces sorties indignes sur les migrants, il s’attaque désormais aux sans-abris via un amendement à la Constitution, qui va devenir effectif le 15 octobre. La loi fondamentale stipule désormais qu’il est « interdit d’utiliser l’espace public comme une habitation », ce qui a été relevé comme une atteinte aux droits sociaux par le désormais fameux rapport Sargentini.

On tremble quand une partie non négligeable de la presse trouve des points de concordance entre Orban et Macron.

4- Corruption et passe-droits ?

François Hollande sur la défensivedans l’affaire de la vente de 36 « Rafale », le chasseur de Dassault, à l’Inde. Le conglomérat retenu aurait financé en partie un film de la compagne de l’ex Président, Julie Gayet. Cela ce peut-il ?

En Inde, cela ne passe pas non plus comme une lettre à la poste, c’est ainsi que Rahul Gandhi, le président du Parti du Congrès a twitté : « Grâce à François Hollande, nous savons désormais que[Narendra Modi] a personnellement accordé un marché au potentiel de milliards de dollars à un Anil Ambani en faillite. Le premier ministre a trahi l’Inde »

5-Errance à l’Université : anti laïcité et complotisme y ont droit de cité.

Un professeur de droit de la laïcité crie à l’islamophobie d’État.Dans son plan de cours,  cet enseignant, qui participe à la formation civile des imams, estime que le débat sur les femmes voilées n’est qu’un « fantasme de soumission » et que l’islamophobie légitime « le racisme et le ressentiment anti-arabe ». La réaction de la sénatrice Françoise Laborde ne s’est pas fait attendre : «  Cet enseignement de droit incite clairement les participants à s’insurger contre la loi de 2004. On leur explique qu’il existe en France une islamophobie institutionnelle. Ces affirmations sont énormes ! ». Et scandaleuses.

Cette affaire est-elle un fruit avarié de plus du fameux Concordat, toujours en vigueur en Alsace-Lorraine ?

6-Le bal des buzzomanes.

Après l’inénarrable Eric Zemmour(qui a dit à Hapsatou Sy, sur le plateau de l’émission «Les Terriens du dimanche» diffusée le 16 septembre, que son prénom était une «insulte à la France»et que sa mère avait eu «tort»de l’appeler ainsi.) Il aurait préféré Corinne, c’est-y pas mieux ? Yann Moixa dit à deux policiers venus témoigner dans l’émission « Les Terriens du samedi » : « Si vous venez dire ici que les policiers ont peur, vous savez bien que la faiblesse attise la haine: dire que vous chiez dans votre froc, alors que vous faites un métier qui devrait prendre cette peur en compte… ». Quelle délicatesse ! Quant à Marcel Campion : « J’ai rien contre les homos, d’habitude, je dis les  »pédés », mais on m’a dit hier qu’il fallait plus que je dise ça », (Ben oui quoi ! Si on peut plus dire pédé dans ce foutu pays!). Le brave forain est rejoint dans l’ignominie par le président de la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC), Jean-Marie Andrès, qui a déclaré, lors du rassemblement de « La manif pour tous » que « le problème c’est pas que les pédés ». Le reste est à lavement, comme aurait dit San Antonio.

Arrêtons-là ! Il y en a d’autres qui dérapent et se roulent dans la dégueulasserie, mais ça plaît : Zemmour et Moix vendent leurs livres, Campion se prend pour le chevalier blanc qui va bouter hors les murs Anne Hidalgo, sa bête noire, et le président catho est dans les clous de sa boutique fermement soutenue par l’épiscopat français…

7-… Lequel est toujours en pointe pour s’opposer à tout progrès, fût-il social.

« Dans un texte d’une centaine de pagesintitulé « La dignité de la procréation humaine » signé unanimement par les évêques de France et publié jeudi 20 septembre, l’Église catholique attaque directement les femmes qui veulent disposer de leurs corps en s’opposant à l’extension de la PMA. L’archevêque de Rennes, Dol et Saint Malo, Pierre d’Ornellas, qui est à l’origine de ce document, affirme ne pas faire de « politique » et que l’éthique est son ressort fondamental. Néanmoins, son discours ne cache pas la volonté de l’Église catholique de faire valoir son pouvoir, de dicter un mode de vie correspondant à son idéologie conservatrice et patriarcale.

« Son pouvoir de dicter un mode de vie… »C’est pourtant bien cela que la loi de Séparation entend combattre, non ? Y-a-t- il une façon très simple de savoir quand et où il y a progrès ? Eh bien oui !: c’est quand l’Église est vent debout contre.

8-Le puceau qui leur voulait du bien.

Au cours d’une interview sur Fox News (c’est la chaîne chouchoute de Trump) aux côtés de sa femme, Ashley, Kavanaugh a clamé son innocence et s’est présenté comme un jeune homme prude et innocent. Comme puceau, quoi ! Mais un puceau très actif si l’on en croit cette troisième femme, sortie de l’anonymat, qui accuse le candidat de Trump à la Cour suprême d’avoir, dans sa jeunesse, eu des comportements sexuels inappropriés et agressifs.Alcool, pressions et violsen réunion semblent avoir été le sport fort goûté de ce bon Monsieur et de ses gentils camarades de la bourgeoisie étasunienne la plus huppée. Le miracle, comme pour Marie, c’est que notre érotomane est resté vierge et longtemps, selon ses dires. Ah les miracles !

9-La démocratie permet ce que cet imbécile, à CRAN, ne tolérerait pas s’il vivait dans son monde fantasmé, débarrassé des blancs.

Dans sa chanson, Nick Conrad, l’imbécile et rappeur en question, chante : « Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps, divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands. Fouettez-les fort faites-le franchement, que ça pue la mort que ça pisse le sang ».

 

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

1 + 11 =