Au nom de la religion, on met en prison des personnes pour délit d’opinion

Publié le par Régis BOUSSIERES

     En Égypte, le 25 juin, un tribunal a condamné un copte âgé de 29 ans à six ans d’emprisonnement pour avoir insulté le prophète Mahomet sur sa page facebook, ce qui est cher payé ! La Constitution égyptienne bannit toute insulte envers les trois grandes religions monothéistes. Les autres croyances ou religions peuvent être raillées en toute liberté, on se demande bien pourquoi, certaines religions sont protégées et d’autres non ! En tous les cas, les trois religions ne peuvent pas être critiquées ou moquées ! Par contre, les religieux peuvent, à loisir, faire du prosélytisme. Bref, c’est le deux poids deux mesures, où, seul des discours pro religion ont droit à la liberté d’expression.

     Au Soudan, Meriem Ishag, née d’un père musulman et d’une mère chrétienne, a eu le malheur de se marier avec un chrétien et de changer de religion. Elle fut arrêtée une première fois à la suite de son mariage. La justice soudanaise lui avait donné trois jours pour revenir à l’islam. Ce qu’elle a refusé. La justice, au nom de l’Islam, l’a alors condamné à la pendaison pour « apostasie » assortie de 100 coups de fouet. Que de raffinement, au nom d’Allah ! Elle a été détenue pendant 20 mois en prison où elle a donné naissance à son deuxième enfant. Les associations des Droits de l’Homme ainsi que certains gouvernements (occidentaux et mécréants) ont fait pression pour faire libérer la jeune femme, qui n’a commis aucun crime. Elle a été libérée ce lundi 23 juin, ce qui n a provoqué la colère de certains croyants. Elle a dû ce cacher car elle a reçu des menaces de mort, y compris de son frère, car, lui c’est un bon musulman. Au nom d’Allah, ce frère a déclaré que si sa sœur était acquittée, il se chargerait lui-même de la sentence ! Allah doit être content d’avoir de si bon « justicier » à son service ! Ayant peur pour sa vie, elle a voulu quitter le Soudan pour aller aux États-Unis, hélas elle a été arrêtée et inculpée d’usage de faux pour usage d’un passeport sud-soudanais.

     Dans ces deux histoires dramatiques, ce ne sont pas des mécréants qui sont condamnés au nom d’une religion, mais des croyants d’une autre religion. Cela démontre l’incapacité des religions à admettre la liberté de conscience. Elles ne peuvent pas supporter les critiques mêmes quand elles viennent de croyants, qui pourtant, ont en commun les mêmes convictions sur Dieu et la Bible.

     En tant que Libre Penseur, nous demandons la fin du délit de blasphème. Nous réclamons la liberté de conscience qui permet de choisir, de changer, ou de quitter une religion. Pour choisir, il faut permettre le débat, donc la liberté d’expression. Nous demandons la libération de ces deux personnes qui se rajoutent à la longue liste des embastillés pour délit d’opinion. Nous constatons que les religions sont incapables de prouver le bien fondé de leurs dogmes, c’est pourquoi, elles se protègent via le Droit avec des lois iniques interdisant et condamnant l’apostasie, imposant la censure, sans oublier les menaces de mort, la violence des fidèles toujours protégés par leurs clergés.

    Peu nous importe que ces deux personnes soient aussi des croyantes, nous demandons leurs libérations sans conditions, car nous sommes attachés à la liberté de conscience et d’expression, c’est ce qui fait notre différence et notre engagement.

 

Régis Boussières

 

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

amalou 02/07/2014 10:34

Dans les Etats islamistes , la religion est le fondement essentiel du pouvoir . Les chefs sont sacralisés . Il est interdit de critiquer le chef , il est une le représentant de Dieu sur terre . C'est lui le garant de la stabilité , de la sécurité et de la continuité . Sans lui c'est l'anarchie et le désordre . Les peuples ont à choisir entre deux choses : soit accepter la situation telle qu elle est , soit tomber dans le chaos . Tout est fait pour que les peuples acceptent l'asservissement , l'exploitation et la corruption généralisée . Chacun essaie tout seul , chacun bricole comme il peut pour gagner un minimum pour survivre . L'élite est corrompue à part quelques exceptions insignifiantes , elle est pro le pouvoir , elle n'a pas intérêt à s'opposer au chef , parce que tout simplement , ce dernier a les moyens considérables pour mobiliser les forces de l'ordre et même les couches les plus défavorisées à faire le sale boulot à sa place . La religion est toujours utilisée pour justifier tout : emprisonnement abusif , interdiction de la liberté d'expression , interdiction de liberté de conscience et toute atteinte au dogme . Le pouvoir est un grand édifice , un morceau qui tombe entraîne un autre jusqu'à son écroulement ? Ce qui n'est pas admissible . Toutes les religions se considèrent comme message divin et exclusif . Les autres religions n'ont pas droit d'exister . Le statut de Dhimmi dans les pays islamistes est clair : un Dhimmi c-à-d un protégé , chrétien ou juif doit payer un impôt de plus , il lui est interdit de faire la propagation de sa religion , il n'a pas droit de construire de nouveaux lieux de culte , il n'a pas droit de monter sur un cheval , signe de noblesse et de pouvoir , il n'a pas droit d'occuper un poste clé dans l'armée ou dans l'administration Tout est fait pour le convertir au plus vite ou de quitter le territoire . Cela explique l’hémorragie des pays du Moyen Orient , en perdant , de plus en plus , leurs minorités condamnée à aller chercher un refuge ailleurs .