VŒUX RELIGIEUX ET DROITS DE L’HOMME

Publié le par Gérard Zaugg pour Association des Libres Penseurs de France

Témoignage:

Notre camarade Gérard Zaugg, ancien clerc catholique, nous transmet ce témoignage : la lettre adressée à celui qui l’a « recruté » dans sa jeunesse et dans laquelle il tient à ce que les engagements imposés par l’église catholique soient passés au crible des Droits de l’Homme et des lois de la République.

Le 25 janvier 2014, 

à Monsieur Pierre V…

25210 MAICHE                                                              Cher Monsieur,

On me dit que je peux encore vous écrire malgré votre grand âge. Dans ma jeunesse, du fait de votre nomination dans mon village, j’ai été plus de dix ans séminariste, puis religieux « Fils de la Charité ». Peut-être vous souvenez-vous encore un peu de moi (que vous n’avez jamais autorisé à vous tutoyer) ? Ci-joints quelques renseignements me concernant (adresse, famille, etc) qui pourraient éventuellement vous rassurer sur mon sort : je vais bien, très bien.

Mais plus je vieillis, plus j’enrage à l’idée que le vicaire de ma paroisse - tel un agent recruteur de sinistre mémoire -, le séminaire, puis « les Fils », profitant de l’enthousiasme naturel de ma jeunesse ont osé voler ma vie. Par une manipulation et un conditionnement sournois et permanents, aboutissant à une emprise psychologique totale, vous m’avez amené, en fin de parcours, à prononcer « librement et dans la joie » des vœux définitifs de chasteté, de pauvreté et d’obéissance.

Issu, comme vous le savez, d’un milieu très populaire (père O.S.) et ayant moi-même travaillé deux ans en usine, j’ai été, dès mon adolescence, très attiré par ce que vous me disiez alors être le « cœur » de l’église et son projet pour « sauver l’humanité » : un christ « libérateur », une communauté universelle, le souci des plus pauvres, le don de soi pour les autres…

C’était merveilleux. Comment ne pas y croire à 18 ans ? Mais vous m’avez trompé. Car, avec le temps, j’ai, peu à peu, découvert que ce beau programme n’était en réalité qu’une vitrine, une représentation fallacieuse et mensongère de l’église catholique à l’usage de braves gens pleins de bonne volonté, mais souvent un peu naïfs et trop crédules, comme je l’étais alors moi-même.

Loin d’être pauvre et désintéressée, cette église catholique et romaine m’apparaît aujourd’hui n’être en fait qu’une immense organisation réactionnaire et fascisante, ennemie jurée de la laïcité et de la démocratie républicaine, toujours engagée « du côté du manche », au service de la finance, des oligarchies et des dictatures (Franco, Pétain, Pinochet…) aux dogmes délirants et aux pratiques souvent détestables. Et que dire du mépris qu’elle porte aux femmes depuis des siècles et qui devient de plus en plus intolérable ?

Personne n’est autorisé à s’emparer de la liberté de quiconque pour la mettre, 24 heures sur 24, au service d’une telle mafia au mépris de tous les droits de l’homme. Car tous les hommes (mais aussi les femmes !) sont « libres et égaux en droit ». Tous ont le droit de posséder des biens. « Tous, à partir de l’âge nubile, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité, la religion, ont le droit de se marier » (art. 16 de la Déclaration Universelle de 1948). Cette mise en servitude des prêtres et des religieux(ses) devrait être interdite par la loi et sévèrement réprimée.

Heureusement pour moi et je m’en félicite tous les jours, les « Fils », à la suite d’un coup de foudre et d’une relation amoureuse un peu tumultueuse, m’ont « viré » dès la fin de ma deuxième année de ministère. Cela m’a donné le temps de renaître peu à peu à la vie et à la liberté. Mais aussi de travailler comme tout le monde (en ce temps-là !) et de préparer ma retraite – sécurité sociale et complémentaire – sur plusieurs décennies, sans attendre les versements « charitables de la CAVIMAC, régime particulier dominé par l’épiscopat catholique et les supérieurs majeurs des ordres religieux (sans que les ayants-droits y soient représentés !) et qui laisse des centaines d’anciens prêtres et d’ancien(nes) religieux(ses) dans la misère.

Encore tous mes bons vœux pour la nouvelle année.

Meilleures salutations.

Gérard ZAUGG.

Copie à M. C. S. évêque de Belfort

M. J.L. B. archevêque de Besançon

M. V. nonce à Paris.

 

_____________________________________

 

 

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

Duterroir 11/11/2014 10:43

Eh oui! Les sergents recruteurs de la chrétienté sévissent depuis des siècles. Quant aux technique de bourrage de crâne, elles sont très au point et il faut beaucoup de volonté pour s'attaquer aux "évidences" que ces sournois distillent à journée faite. Heureusement, ceux qui s'en sortent ne les tiennent pas quittes de leurs manips et sont les plus ardents défenseurs de la pensée libre débarrassée de tous les dogmes et autres billevesées.