Face aux extrémistes, aux fanatiques religieux il n’y a qu’une solution : la fermeté !

Publié le par Régis BOUSSIERES

Le printemps arabe se transforme en hiver, les dictateurs déchus vont être remplacés par des islamistes dits « modérés » par certains. En tous les cas c’est ce que disent à l’unisson les médias, BHL (le chef de guerre en Libye) et les diplomaties occidentales… Mais qu’en est-il vraiment ? La charia interdit de nombreuses choses et c’est dans le concret que l’on peut juger si l’on vit dans une société libre ou de caractère totalitaire. Pour cela, il suffit de se poser quelques questions : Pourra t’on rejeter sa religion ou en changer ?  Sera-t-il possible de se marier avec une personne d’une autre confession ? Divorcer ? Qu’en sera-t-il de l’égalité homme/ femme ? La polygamie sera-t-elle interdite ? La liberté de conscience sera-t-elle garantie et protéger des assauts des censeurs ? Pourra t’on  (si on est une femme car pour les hommes la question ne se pose même pas) sortir non voilées sans risquer de se faire agresser ? Ou Même sortir tout court ? Question déjà très pertinente quand on sait que plusieurs femmes ont été agressées sexuellement, voire violées place Tahir en Égypte. D’autres éléments corroborent  les inquiétudes quant à une évolution vers plus de démocratie. Ainsi,  un haut responsable salafiste a demandé très sérieusement que « le sphinx soit voilé afin que les Égyptiens et les touristes ne le prennent pas pour un objet d’adoration ».  Depuis, la chute du dictateur Moubarak, les Coptes (Chrétiens d’Orient)  sont victimes d’attentats sanglants et ils sont menacés régulièrement. Quand on constate que en Libye, au Maroc, en Tunisie et maintenant en Égypte (non seulement les frères musulmans sont arrivés en tête,  mais les salafistes arrivent en deuxième position) les islamistes sont en passent de prendre le contrôle du pouvoir on a de quoi s’inquiéter pour l’évolution de ses pays y compris pour les laïques, les féministes, les démocrates, les minorités religieuses…

Après ces élections, y aura-t-il  d’autres élections ?
Les résultats des élections font que les islamistes se dévoilent de plus en plus, prendre le pouvoir ne leurs suffisent pas, ils veulent transformer la société à tous les niveaux pour tout islamiser. Comme Hitler à tout nazifié après sa victoire aux élections. Le totalitarisme s’impose à tous et à tous les niveaux, y compris dans la vie de tous les jours. « Le totalitarisme » écrivait Georges Orwell « à étouffé la liberté de pensée à un point encore jamais vu. Et il importe de comprendre que sa mainmise sur la pensée s’exerce de manière non seulement négative, mais aussi positive. Le totalitarisme ne se contente pas de vous interdire d’exprimer et même de concevoir certaines pensée : il vous dicte ce que vous devez penser, il crée l’idéologie qui sera la vôtre, il s’efforce de régenter votre vie émotionnelle et d’établir pour vous un code de comportement (comme le port du niqab, le Ramadan,  les cinq prières par jours, la non mixité…). Il met tout en œuvre pour vous isoler de monde extérieur, vous enfermer dans un univers artificiel où vous n’avez plus aucun point de comparaison. L’État totalitaire régit, ou en tout cas essaie de régir, les pensées et les sentiments de ses sujets au moins aussi complètement qu’il régit leurs actes ».  Ainsi, à la faculté des lettres de la Manouba, à l’ouest de Tunis, depuis le 28 novembre, les salafistes occupent le bâtiment administratif de la faculté. Afin de faire pression et réclamer pèle mêle une mosquée au sein de l’établissement publique, « car les étudiants doivent s’éloigner pour prier et arrivent en retard en cours », la possibilité d’inscrire des étudiantes en niqab (voile intégral). « Porter le niqab, c’est ma liberté », dit Salma Ridene, étudiante de 19 ans. D’autres militants islamistes ont demandé l’interdiction de la mixité des cours, et l’interdiction pour les femmes d’enseigner à des étudiants hommes (et vice-versa).  Le doyen de la faculté s’est opposé au port du niqab, mais il est très inquiet car il a été bousculé et menacé par les islamistes. A Sousse, début octobre, (une autre faculté) des extrémistes ont envahi la Faculté pour protester contre le refus d’inscription d’une étudiante en niqab, là aussi le doyen a reçu des menaces de mort. A la Faculté de Gabès c’est la non mixité à la cantine qui est réclamé par les étudiants islamistes… Les journaux Tunisien ont aussi rapporté d’autres faits, comme le fait que des étudiants insultent certains professeurs à cause de leurs tenues vestimentaires, le niqab, c’est leur liberté que tout le monde doit porter, drôle de conception de la liberté, assurément… Mais là où il y a un commandement religieux, la liberté se meurt. En octobre, une chaine de télévision était aussi la cible de nos amis de la liberté, car elle passait le film Persépolis, le problème pour nos grands démocrates qui ne sont pas obligés de regarder le film est qu’Allah est représenté sous les traits d’un vieillard barbu. La chaine a été attaquée par  plus de 300 manifestants ils ont été dispersé par la police. Après cette dispersion un autre groupe s’est formé aux cris de « A bas Nessma ! (chaine de Télévision qui a passé le film) nous sommes là pour défendre l’islam ». Après le passage du film, des appels sur Facebook  (créé pourtant pas des vilains occidentaux « les croisés ») à brûler Nessma et à tuer les journalistes ont été posté.  En tuant des êtres humains, ils prétendent défendre la Religion, voilà le vrai visage des religions : appels aux meurtres, violences, menaces, censure… Au Maroc (où les islamistes viennent aussi de gagner les élections) la parution d’un hors-série de l’hebdomadaire le Nouvel Observateur  a été bloqué par les autorités marocaines le 4 janvier 2012. Intitulé Les Arabes, cette édition représente en couverture Mahomet, dont le visage est montré, ce qui va à l’encontre des lois islamiques du pays. L’hebdomadaire L’Express a lui aussi été interdit pour les même raison quelques jours auparavant. Décidément, le printemps arabe, ce transforme en hiver islamistes…
Les révolutions ne vont pas forcément dans le sens du progrès
La vision marxiste, voire occidentale du processus révolutionnaire fait que l’on imagine que si il y a révolution il y a alors un progrès irrémédiable vers la démocratie, la liberté de la presse et de conscience, l’égalité en droit de tous les citoyens y compris l’égalité homme/ femme, la laïcité…  Dans une interview à la revue Afrique Asie septembre 2011, Alain Chouet qui vient de sortir un livre « Au cœur des services spéciaux. La menace islamiste : fausse pistes et vrais dangers » précise que « les chancelleries occidentales pensent que tous ces mouvements des « printemps arabes » vont déboucher sur des vrais régimes démocratiques et libéraux. Puisque le peuple s’est soulevé, le peuple va gagner ! (c’est aussi ce que pense la grande majorité des partis politiques en France…) Dans notre inconscient collectif de français, révolution et laïcité, révolution et liberté sont indissolublement liées, car la révolution ne peut être que laïque et libérale. Mais cela n’a pas été et n’est pas le cas ailleurs, en Angleterre, en Union Soviétique ou dans le monde arabes. C’est d’autant moins vrai que, pendant cinquante ans, on a favorisé dans cette zone des régimes qui ont éliminé toute forme d’opposition républicaine, démocratique et libérale, et ont en même temps laissé le champ aux islamistes pour ménager l’Arabie Saoudite ». Pour lui « les jeunes, avec les moyens technologique modernes et des idées affichées libérales et démocratiques » vont vite « disparaitre du champ politique » car « ils sont inorganisés et minoritaires »,  « pour être remplacée par des « gens sérieux » et bien ancrés dans le paysage politique. Malheureusement, il n’y a que les Frères musulmans ou leurs émanations ».  Force est de constater que les propos d’Alain Chouet, ont été hélas prémonitoires aux vus des évolutions de ce que l’on a appelé le « printemps arabe »…
                                                                                    Régis Boussières 

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

Mtiness 30/01/2012 14:28


Depuis des décennies beaucoup d'intélectuels, de polititiens, d'affairistes  ainsi qu'une part grandissante de la population crient au racisme (et tous ses dérivatifs) pour faire taire
toutes expressions de réserves et de désaccord quant à la pénétration, dans toute l'Europe, d'islamisation identitaire et religieuse à tous les niveau sous couvert de droit de culte alors que
l'on  déborde largement du droit d'expression individuelle initialement fait pour rester dans la sphère intime...


Lorsque l'on dénature, manipule et utilise il y a peu de chance que cela soit en faveur des droits humains, de la Liberté et de la Laïcité et ceux qui collaborent à ces déviations sournoisent
(directement ou pas) savent bien ce qu'ils en optiennent ou espèrent.


Si le bonheur est souvent individuellement apprécié ; la souffrance humaine, elle, à toujours des répercutions universelles. Alors abolissons les barrières des mots et les frontières physiques ou
psychologiques et soutenons-nous fraternellement pour déjouer les pervers et mercantiles projets à qui nos malheurs profitent !


Et puis, la vie privé n'est pas une émission de téléréalité... alors, pour tous ce qui est de l'ordre de l'intime (sentiment, religeux, sexusualité ect.) un peu de pudeur et de non exibition sur
la place publique serait pas mal, pour commencer...