La carte du tendre

Publié le par Gilles POULET

La charte de la laïcité à l’école est un texte qui est loin d’être médiocre, même s’il mériterait une analyse plus fine, ce que ce site livrera bientôt, cela va de soi.


Pour l’heure, je voudrais simplement dire qu’en faisant l’impasse sur l’école privée, c.à.d. en la laissant hors du champ d’application de la charte, le ministre a produit une véritable "carte du tendre" à l’usage des établissements à caractère propre pratiquant le prosélytisme religieux (90% des établissements privés et très majoritairement catholiques).

Cette charte qui d’emblée affirme : la France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. (Qui) assure l’égalité devant la loi, sur l’ensemble de son territoire, de tous les citoyens (et) respecte toutes les croyances ; de fait laisse aux écoles confessionnelles et/ou privée toute latitude de former, contre l’intérêt publique, des cohortes de jeunes endoctrinés – on les a vus dans les manifs contre le mariage universel - avec, qui plus est, l’argent public grassement distribué au mépris de la loi du 9-décembre. Le beurre et l’argent du beurre et la fermière  en prime !


Le scandale est là. Pourquoi verser encore et toujours de l’argent à des établissements qui non seulement font commerce de l’enseignement qu’ils dispensent, pratiquant ainsi la sélection par l’argent ? sans parler de leur positionnement religieux, facteur, il est vrai, non négligeable du choix des parents.


La République n’a pas à financer ces pratiques qui vont contre la laïcité, elle n’aurait jamais du le faire, moins encore maintenant qu’elle appelle le monde de l’éducation à promouvoir la Charte de la Laïcité à l’école. Il ne peut y avoir deux poids deux mesures : ou bien TOUS les établissements l’appliquent, ou bien ceux qui ne se sentent pas concernés n’accèdent plus au subventionnement et l’école de la République ne s’en portera que mieux. Il est temps de revenir au principe : l’argent public au secteur public, l’argent privé au secteur privé.

                                                                                              Gilles Poulet

Publié dans BRÈVES

Commenter cet article

djamel 19/01/2014 23:12


J'ai cherché sur Internet un site sur la pensée libre en contradiction avec la pensée officielle de la société pour ne pas dire l'état, mais j'ai remarqué après lecture de certains passages que
on s'acharne trop sur la question de la laïcité, comme si cette laîcité est un pricipe à ne pas toucher. Ce que j'ai ressenti c'est que les faits apportés ici et là qui ne sont pas en concordance
avec cette laicité sont une abération et ceci nous conduit inévitablement vers un autre conception; la religion. la laicité s'identifie donc a une religion proprement dite. une nouvelle religion
qui s'appelle laicité donc elle est lointaine de la pensée libre !!!


 


 

Association des Libres Penseurs de France 20/01/2014 10:17



 


Bonjour Monsieur,


Connaissez vous le proverbe : «  Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre »


…......................................................................


La laïcité en France est un principe qui sépare le pouvoir politique des organisations religieuses. L’État restant neutre , il garantit la liberté de culte (les manifestations religieuses devant respecter l’ordre public) .


L’État affirme parallèlement la liberté de conscience et ne place aucune opinion au-dessus des autres construisant ainsi l’égalité républicaine.


Le principe de laïcité ne consiste pas à combattre les religions, mais à empêcher leur influence dans l’exercice du pouvoir politique et administratif, et de renvoyer
parallèlement les idées spirituelles et philosophiques au domaine exclusif de la conscience individuelle et à la liberté d’opinion.


Ceci est un rappel à la loi, Monsieur, et nul n'est censé l'ignorer.



denis 19/09/2013 17:51


Tout à fait d'accord avec l'analyse de Gilles. Le plus grand mérite de cette charte de la laïcité à l'école est de montrer que l'enseignement privé, confessionnel et donc non laïque, n'est pas
celui de l'école de la République. Il est donc incohérent et scandaleux qu'il soit pris en charge comme s'il constituait une autre forme de service public. Pour qu'il y ait égalité de
droits et de devoirs, je serais favorable à ce que la charte s'applique aussi à l'enseignement privé si, et seulement si, celui-ci devait être nationalisé sans reconnaissance d'un quelconque
"caractère propre".

sapere aude 16/09/2013 12:21


Un juste rappel que cette analyse. Il faut aussi noter que, proposé au vote au sein de l'Observatoire de la Laïcité, ce texte a suscité la même réaction. Les membres de l'observatoire en ont
demandé l'extension aux écoles sous contrat.

Dudule 16/09/2013 12:05


L'enseignement confessionnel sous contrat est désormais financé à 100 pour 100 par l'Etat ; de ce fait , il a reçu délégation de service public grace à
nos amis socialiste ( LANG et tant d'autres... ) .


Il serait donc normal -effectivement- que leurs établissements sous contrat d'association  soient soumis aux mêmes règles de neutralité religieuse que
dans l'Enseignement Public.


mais les socialistes d'aujourd'hui ne sont plus des laïques ; s'il y avait encore des laïques,on devrait les
entendre !