La psychokinése en quête de respectabilité : suite

Publié le par Cédric MULET MARQUIS

L'article de Cédric Mulet Marquis paru le Jeudi 20 septembre 2012, et que vous trouverez en suivant ce lien [ ...ici...]. a été très commenté. Vous trouverez ces commentaires à la suite de cet article [...ici...]. Parmi ceux ci, ceux de Monsieur JAMET qui posent des questions et a souhaité ouvrir un débat avec Cédric Mulet Marquis.

Voici donc ci dessous la réponse de notre rédacteur Cédric Mulet-Marquis:

                                                    "Réponse à monsieur Jamet

J'ai bien reçu votre courrier du 13 octobre. Je n'y ai pas répondu dans l'instant. Les vacances d'automne sont arrivées, j'ai eu une semaine de rentrée chargée et voilà comment on répond plusieurs semaines après avoir reçu un courrier. Il est vrai que dans notre partie du monde où règne la tyrannie de l'instantanéité, les semaines sont des siècles.

 

Vous dites dans votre commentaire : "Votre réaction est d’ailleurs à ce titre une excellente illustration de l'ostracisme ambiant". Je ne sais pas de quelle réaction vous parlez. S'il s'agit de ne pas avoir répondu sur le champ à votre courrier du 13 octobre 2013, je viens de répondre. S'il s'agit de votre demande à l'IUT, vous avez reçu une réponse du chef de département vous disant que nous ne souhaitions pas travailler avec vous pour les raisons que j'explique dans l'article.

 

Je ne vais pas répondre à certains des propos développés, en particulier ceux où vous prétendez que j'accuse (vous dites  répondre à « son accusateur ») le LADPC d'être de la même engeance que certains escrocs. Ce n'est pas ce qui est dit dans l'article. Je veux répondre sur le fond de la démarche scientifique, puisque c'est bien là le nœud du problème.

 

Le commentaire indique " La curiosité est la qualité de base de tout bon chercheur. Par ailleurs aucune découverte ne peut se faire sans imaginer des solutions nouvelles. Je suis étonné de constater [sic] que vous ne partagez pas ce point de vue. Peut-être est-ce parce que vous ne pratiquez plus de recherche vous même ? ".

Je suis bien d'accord avec vous que la curiosité est essentielle pour une activité de recherche. Pour ce qui est des solutions nouvelles, j'en donne un exemple dans l'article avec le remplacement des conceptions de temps et d'espace absolu de Newton par celles de la relativité restreinte d'Einstein. Mais être curieux ne signifie pas pour autant donner du crédit à tout et n'importe quoi. Quand aucune étude scientifique sérieuse n'a pu démontrer certains effets (psychokynèse, mémoire de l'eau par exemple) alors l'attitude rationnelle et scientifique est de considérer que ces effets n'existent pas. S'obstiner à vouloir prouver à tout prix quelque chose même, et surtout, si les expériences vous donnent tort, n'est pas une preuve de curiosité et d'ouverture d'esprit. Concernant votre dernière phrase, sauf à vouloir insinuer que je ne suis pas habilité à parler parce que je ne fais plus ou pas de recherche, je n'en vois pas l'utilité. Si vous voulez tout savoir, je n'exerce plus actuellement d'activité de recherche. Mais j'ai mené des activités de recherche pendant plusieurs années, à Grenoble en physique des particules et à Lyon en astrophysique. C'est un crève-cœur pour moi de constater que les recherches que l'on mène actuellement, pour cause de rentabilité et de course à la publication, s'éloignent de moins en moins des chemins déjà balisés. Il est devenu extrêmement difficile à un chercheur de mener un travail de réflexion de longue haleine, comme par exemple les dix ans qui ont été nécessaires à Einstein pour élaborer sa théorie de la relativité générale.


J'en viens au dernier point que je voudrais commenter. Dans le commentaire " Le fait que vous ne croyez pas à l’éventualité de phénomènes physiques non-standard ne s'inscrit pas dans une démarche scientifique. Je suis désolé de vous recadrer sur ce point mais vos propos ici, sont purement idéologiques. ».

Ou bien vous n'avez rien compris à ce que j'ai dit, ou bien vous n'avez rien compris à ce qu'est la science. Il ne s'agit pas de croire ou de ne pas croire, ou de faire de l'idéologie. La croyance et l'idéologie n'ont rien à faire en science. Il s'agit d'un constat raisonné basé sur l'absence totale de preuve sérieuse en faveur de ce que vous appelez " phénomènes physiques non-standard "..

Je me répète, avoir l'esprit ouvert ne signifie pas donner du crédit à tout et n'importe quoi."


Cédric Mulet-Marquis

 

Publié dans SOCIETE

Commenter cet article

tallois 13/11/2013 09:55


L'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence


Croire à l'éventualité n'est pas croire


D'après Cédric , jusquà l'année dernière le boson de Higgs n'existait pas ...

denis 12/11/2013 23:41


Penser ou croire ?


Le rationaliste dit : "avoir l'esprit ouvert, ce n'est pas l'avoir béant à toutes les sottises" (Jean Rostand, qui fut président d'honneur de la Libre Pensée). Le rationaliste dit
encore : "je ne considère comme vrai que ce qui peut être prouvé scientifiquement".


Le croyant dit : "l'absence de preuve d'un phénomène n'est pas la preuve de sa non-existence". C'est avec ce raisonnement qu'on a envoyé nombre d'innocents à l'échafaud.