UNE ASSOCIATION NE PEUT ŒUVRER QU’À LA MESURE DU NOMBRE DE SES ADHÉRENTS
REJOIGNEZ L’ADLPF POUR LA RENFORCER DANS SES COMBATS EN FAVEUR DE LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE ET DE LA RAISON

ENTORSE À LA LAÏCITÉ ET FAUTE POLITIQUE

4 Nov 2023

ADLPF La Libre Pensée Laïcité ENTORSE À LA LAÏCITÉ ET FAUTE POLITIQUE

Qu’un enseignant d’un établissement laïque soit inhumé après une cérémonie religieuse est un choix parfaitement respectable. Qu’un Président de la République assiste à cette cérémonie est un coup de canif de plus à la Loi de Séparation. L’ADLPF a rédigé pour le Collectif Laïque National un communiqué de protestation en ce sens.

L’ADLPF exprime tout son soutien à la famille de Dominique Bernard, ce professeur de lettres assassiné par un fanatique islamiste au lycée Gambetta à Arras. L’École de la République est la cible de la barbarie et de l’intolérance islamistes parce qu’elle permet l’émancipation par le savoir, parce qu’elle est laïque.

Comment dès lors comprendre la présence à la messe en la cathédrale d’Arras du Président de la République et du ministre de l’Éducation nationale ? La République ne pouvait-elle pas rendre à Dominique Bernard un hommage laïque et ne pas s’agenouiller une fois de plus devant l’Église catholique ?

L’ADLPF constate que le Président de la République poursuit sa feuille de route antilaïque exposée au Collège des Bernardins devant la Conférence des évêques, pour « réparer » « le lien entre l’Église et l’État [qui] s’est abîmé », et redonner politiquement au culte catholique l’audience qu’il a perdue sociologiquement.

Le Président de la République, lors de son allocution télévisée du 12 octobre, avait affirmé vouloir préserver l’unité nationale face à un risque d’importation en France du conflit israélo-palestinien. Or l’attitude la plus appropriée n’est-elle pas, face à un conflit à caractère essentiellement profane et politique, d’éviter les références religieuses, surtout unilatérales ?

Dans les circonstances actuelles, la présence à la messe du Président de la République, assimilant les pouvoirs publics à un culte particulier, constitue d’autant plus une faute politique potentiellement lourde de conséquences internes.

Il est de surcroît assez indécent de la part d’un évêque de consacrer son homélie à un défenseur de l’École de la République, alors que l’Église catholique n’eut pas de mots assez durs contre « l’école sans dieu » et qu’elle est la bénéficiaire directe du dualisme scolaire instauré par la loi Debré, au détriment de l’école publique.

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

9 + 12 =