Note de lecture

5 Jan 2018

Révolte dans les assiettes, révolution au marché.

Halte aux aliments ultra transformés! Mangeons vrai.

Par Anthony Fardet,

Thierry Souccar éditions, 252 p., 19,90 euros.

C’est un bouquin qu’il faudra se procurer pour bouter hors de nos assiettes la merdouille dangereuse, concoctée par la cupidité des industriels de la bouffe qui nous tuent et détruisent la paysannerie. Un beau combat pour qui en a marre de se faire balader et d’abonder à l’escarcelle des empoisonneurs.

« Face à la montée croissante des «épidémies» d’obésité et de diabète de type 2, il était important de distinguer, au sein des aliments transformés, les produits ultra-transformés, lesquels marquent le passage des «vrais» aux «faux» aliments. Tous les produits transformés ne sont pas délétères pour la santé, loin de là. Mais faire le bon diagnostic, c’est-à-dire distinguer le transformé de l’ultra-transformé, est essentiel: cela permet d’apporter le bon remède. Un produit ultra-transformé – et non un «aliment» car ce n’en est plus vraiment un – se distingue tout d’abord par une longue liste d’ingrédients et additifs utilisés essentiellement par les industriels: au-delà de quatre à cinq de ces composés la probabilité d’être en présence d’un produit ultra-transformé est très forte. » Et celle de voir lentement sa santé se dégrader, plus forte encore.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

2 + 1 =