L'Europe Vaticane en ordre de bataille

Publié le par Régis BOUSSIERES

Le journal La Croix, du 17 avril, ne fait pas dans la dentelle ! En effet, le titre donne le ton sans aucune équivoque "les chrétiens appelés à un sursaut pour l'Europe".

Il s'agit d'un texte de personnalités chrétiennes d'Europe appellant les citoyens, mais on pourrait plutôt dire les croyants chrétiens (sinon pourquoi préciser leurs croyance ?) à voter aux prochaines élections européennes afin de redonner une vision plus large à la construction européenne. Pour eux, il faut "voir l'Europe au-delà des seules subventions reçues ou des diverses directives et en dégager toute la substance nécessaire pour répondre aux crises". Pour eux la crise a plusieurs visages "financière, économique et morale, autant que spirituelle, qui affecte le monde entier". Comme pour Nicolas Sarkozy, nos chrétiens se proposent de moraliser le capitalisme, le rendre un peu plus humain...

Mais en ne changeant pas le fond, les riches doivent continuer à s'enrichir et les pauvres auront droit à la charité de ses bons croyants qui sont des personnalités émanant du catholicisme social européen, claironne fièrement La Croix. Bien sûr, ce manifeste s'adresse à tous même si il se revendique chrétien, "il ne s'agit pas de programme électoral" et le manifeste fuit "tout jargon communautaire" précise le journaliste de La Croix qui doit être atteint d'une double personnalité car le titre de son article dit exactement le contraire en parlant des chrétiens qui appellent à un sursaut... Or, qu'est-ce que les chrétiens si ce n'est pas une communauté? De plus, appeler à voter, c'est intervenir dans le débat politique et s'occuper de ce qui ne regarde pas les religions : on est bien loin des questions spirituelles.

Il est à noter qu'il s'agit bien d'un programme politique car les signataires y affirment "qu'il faut disposer du nouveau traité de Lisbonne", celui-là même qui veut détruire le service public en mettant en concurrence tous les secteurs économiques et sociaux. Il est sûr qu'avec ce nouveau traité les peuples perdront leurs acquis sociaux, la sécurité sociale, leurs systèmes de santé et d'éducation (laïque et gratuit). C'est en promouvant ces destructions que nos chers chrétiens sociaux prétendent lutter contre les excès de la mondialisation de l'économie. Il est clair que l'Eglise a tout à gagner avec le retrait de l'Etat dans les secteurs de la santé, de l'éducation et du social. Elle pourra reprendre ses prérogatives comme au Moyen-âge où l'Eglise s'occupait de tout cela et, par la même occasion, maintenait le peuple dans la pauvreté économique, sociale et intellectuelle.

Les autres points que ces chrétiens veulent mettre en avant sont l'écologie et le défi démographique. En effet, il n'y a pas assez d'enfants. On voit ici pointer ses revendications : lutte contre le divorce, l'IVG, la contraception afin de recréer des familles nombreuses. Bien évidement, nos chrétiens remettent une couche sur "les valeurs que l'Europe doit retrouver", il s'agit ben sûr des fameuses racines judéo-chrétiennes qui doivent gouverner l'Europe, même si cela n'est pas important pour la majorité des citoyens d'Europe.

L'Eglise, en tant qu'institution, par le biais de ce manifeste, réaffirme sans le dire directement aux dirigeants qu'elle est là pour se charger de transmettre aux "ouailles" ce qu'est la morale et le spirituel, en parlant "des valeurs européennes", ce qui est synonyme pour elle des valeurs chrétiennes. L'Eglise entend se prévaloir de ce rôle, comme si elle, seule, détenait la vérité.... d'où cette initiative de ce manifeste, qui fait suite à une déclaration des évêques européens.

Le pire c'est que des élus se réjouissent de cette initiative, ainsi l'euro-député allemand social-démocrate Jo Leinen qui affirme que son groupe socialiste "pourrait reprendre à 99%" ce texte. Il est bien loin le temps de la lutte des classes ! Jacques Barrot, vice-président de la Commission, estime lui que "les commissaires européens chrétiens et non chrétiens pourraient assumer cette déclaration". Le cléricalisme est bel et bien de retour, via l'Europe. La laïcité est réellement en danger !

Il est à noter que les évêques européens ont aussi appelé (en mars) les chrétiens à se rendre aux urnes en juin "tout chrétien a non seulement le droit mais également la responsabilité de s'engager activement dans ce projet (européen) en exerçant son droit de vote", en effet pour les prélats "la participation des chrétiens est essentielle" pour redécouvrir "l'âme de l'Europe". Le pouvoir de l'Eglise, quand il était défini, brûlait l'hérétique, les scientifiques et les sorcières, et lançait des guerres de religions et des croisades... C'est cela la réalité des valeurs de l'ancienne Europe dirigée par les chrétiens...Et c'est que nous ne voulons plus !

 Régis Boussières

 

Publié dans LAICITE

Commenter cet article