Des élus au service de l'Eglise

Publié le par Régis BOUSSIERES

A l'heure où une majorité de français sont attachés à la laïcité, à l'heure où les catholiques pratiquants sont minoritaires, cette information a de quoi choquer....

Le journal La Croix du 24 avril 2009, nous informe que du 17 au 19 avril, 150 élus locaux et nationaux se sont réunis pour un "congrès-pèlerinage" à Lourdes dans l'hémicycle où se retrouve habituellement les évêques (tout un symbole!) pour un temps à la fois "de ressourcement, de réflexion et d'échanges". La Croix nous dit qu'il s'agit de"150 élus chrétiens" ce qui est faux, car il ne s'agit que d'élus catholiques, d'où le lieu de cette réunion.... Et le choix de ses intervenants : des membres du clergé catholique! Cela mérite d'être signalé car les catholiques ne représentent qu'une partie des chrétiens et non pas les chrétiens dans leur ensemble.  La Croix annonce fièrement que c'est la première fois que des élus organisent "leur" pèlerinage, "à l'image  par exemple de celui qui a réuni deux fois déjà (en 2005 et 2007) dans la cité mariale les médecins catholiques : là aussi l'idée était d'allier temps de prières, de réflexion et d'échanges". Sans doute des prières pour les âmes des fœtus assassinés par les IVG et des temps de réflexions sur l'usage des préservatifs qui ne servent à rien comme l'a si bien expliqué le grand scientifique qu'est l'évêque d'Orléans, André Fort "vous le savez très bien, tous les scientifiques le savent : la taille du virus du sida est infiniment plus fine que celle d'un spermatozoïde", en clair... le virus passe au travers du préservatif...Petit, mais costaud, le virus!

Mais  revenons à nos moutons et à nos élus qui au lieu de s'occuper de la crise économique font des prières et des courbettes à l'Eglise catholique. C'est en février que cette idée a germé, à la base une trentaine d'élus dont le député UMP Flajolet qui déclare doctement "les militaires (c'est beau un militaire qui prie avant de partir à la guerre balancer une grenade, mais, rassurez-vous il la balance chrétiennement, avec amour), les médecins ont leur pèlerinage. Pourquoi les élus n'auraient-ils pas le leur?" . La réponse à ce genre d'argument est simple : les militaires et les médecins ne sont pas élus par le peuple, et ils ne s'expriment pas en son nom contrairement à un député... Ce député est élu par des citoyens qui sont athées, agnostiques, protestants, juifs, catholiques... et il est sensé représenter le peuple et les intérêts du peuple dans son ensemble sans tenir compte des croyances ou des non croyances des électeurs... Cela a un nom : la laïcité. Suite à ce "congrès-pèlerinage" une association  de chrétiens élus publics (dont le bureau a été élu) a vu le jour à la grande joie de l'évêque de Lourdes et du père Matthieu Rougé qui est aumônier du service pastoral d'études politiques à Paris. Au sein du "noyau fondateur" il y a des députés et des sénateurs UMP et comme le dit La Croix "une question non résolue : comment ne pas faire un simple "club de droite "? Comment attirer en son sein, y compris au conseil d'administatration des élus de gauche?". Rassurez-vous (hélas) avec une Ségolène qui appelle à "s'aimer les uns les autres" et fait des repentances à tout va, il est fort à parier que des élus de gauche rejoindront cette association.

La journaliste de La Croix, continue son article en nous expliquant sur quoi ont travaillé (entre deux prières) les élus "les repères éthiques pour un discernement politiques". Bigre, concrètement Mgr Brouwet (évêque de Nanterre) a montré -exemple à l'appui- que "sur la loi du travail du dimanche ou la décision d'ouvrir ou non une école catholique dans sa commune. Comment, malgré les "pressions extérieures" (appartenance à un parti, revendications particulières (comme si l'Eglise n'avait pas de revendication particulière, il suffit de voire la suite de l'article), médias...) et intérieures (volonté de séduire), il existe toujours un espace pour la conscience morale". En clair, l'espace de la conscience morale de l'élu se résume à la volonté de l'Eglise catholique à savoir : encore plus d'écoles catholiques financées par l'Etat et fermeture des magasins le dimanche pour que les gens aillent à la prière... Pour autant, actuellement, peu de personnes travaillent le dimanche et les Eglises sont vides, à quand une loi qui rend la prière obligatoire? Je suis sûr que nos élus catholiques vont y penser. Pour finir en beauté donnons la parole à l'abbé de Citeaux qui a "secoué" les élus en leur disant "face à la crise actuelle révélatrice de l'échec d'un modèle de développement bâti sur l'accumulation et la loi du marché (vite un exorciste, il est envoûté par Besancenot) les chrétiens ne peuvent se taire ou user d'une langue de bois..." Que va t'il proposer : la nationalisation des entreprises, la fin des paradis fiscaux, l'expropriation des patrons???... Non " parfois, on peut-être appelé à risquer sinon sa vie, du moins son siège. Et on ne trouvera cette force que dans la prière". Nous voilà rassuré : face à la crise les élus UMP feront des prières pour ne pas flancher... C'est sûr, ça va tout changer....


                                                                                                                       Régis Boussières

 

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

Félix 19/10/2009 21:00


autant pour moi pour la laïcité, mais pour la première question. Puis la seconde: un élu qui affirmerait son athéisme, cela vous choque t-il ?


M.Bosdeveix 20/10/2009 09:38


Evidemment. L'athéisme, au même titre que les religions , fait partie des convictions, et doit rester de l'ordre du privé. C'est dans ces conditions que la laïcité est un gage de paix ; et tous les
élus se doivent de respecter et faire appliquer le principe de la laïcité.


felix 19/10/2009 20:40


As t-on le droit, librement, d'affirmer ses croyances, même étant engagé politiquement? Un élu qui affirme sa laïcité, cela vous choque t-il?


M Bosdeveix 19/10/2009 20:54


 La laïcité n'est pas une croyance. Consacrée par la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, la laïcité est une valeur fondatrice et un principe essentiel de la République.
D'ailleurs, les croyants peuvent être laïques, et beaucoup le sont. Il est évident qu'un élu peut affirmer sa laïcité; il ne fait d'ailleurs qu'appliquer les principes de la République.


boussières 27/04/2009 18:18

Je suis d'accord avec vous, ça ne me choque pas que des élus catholiques se regroupent entre eux... Ils peuvent prier autant q'ils le veulent, le problème c'est que l'Eglise les regroupent pour autres choses que des prières, d'ailleurs l'article le dit : faire interdire le travail le dimanche car c'est le jour du seigneur (moi aussi je suis contre le travail le dimanche, mais pas pour les mêmes raisons) et la création d'école catholique... Après ça sera pour empêcher une loi sur l'euthanasie ou le financement d'une campagne de pub pour les preservatifs... De plus un élu (même) catholique doit voter en son âme et conscience et non en obéissant aux dogmes ordonnés par l'Eglise. D'ailleurs, il est sûr que certains élus, qui sont croyants, feront la différence entre leur croyance en Dieu et l'obéissance aveugle aux dogmes catholique... Et de ce fait, ils ne rejoindront pas cette association. Enfin, un élu croyant qui vote suivant la morale religieuse, obéit simplement, je pense qu'un élu Libre Penseur vote suivant ses idées, sa raison, ses convictions et de ce fait ne suis pas des dogmes... Enfin, j'éspère...

denis 27/04/2009 09:10

Moi, ça ne me choque pas que des élus cathos cherchent à se regrouper, par delà leurs diverses appartenances politiques, tant qu'ils n'utilisent pas, pour cela, les fonds et les moyens publics. Il existe bien une amicale des élus Libres Penseurs et une fraternelle Ramadier. Alors pourquoi refuser aux cathos ce que nous acceptons - et même favorisons - pour d'autres ?