Comment présenter la Laïcité aujourd’hui ? 

Publié le par Patrice Decorte

Intervention de Patrice DECORTE Président du Comité 1905, lors du colloque organisé par l'ALPAM, à Nice

                    Cette question est en effet déterminante aujourd’hui où les adversaires de la laïcité se cachent derrière une prétendue modernité pour essayer de tromper les citoyens de notre pays et faire passer des lois qui portent sévèrement atteinte à nos institutions laïques et menacent la République elle-même.

 Nous le savons, la Laïcité ne supporte aucun qualificatif sous peine d’être dénaturée, dévoyée et finalement transformée en son contraire. Elle n’a pas besoin d’être qualifiée d’"ouverte ", de "positive", ou de  "moderne".

Par contre, il faut être clair sur le mot de réforme ! Contrairement à ce que veulent nous faire croire ceux qui nous gouvernent, le mot à lui tout seul ne signifie rien, et  il est indispensable de distinguer les réformes de progrès et les réformes réactionnaires !

Vouloir remettre en cause la loi de 1905,

Vouloir instaurer par la loi Carle la parité du financement de l’enseignement privé et de l’enseignement public laïque,

Vouloir supprimer par l’accord « Vatican Kouchner » le monopole de l’Etat concernant la collation des grades et des diplômes universitaires, ce que même Pétain n’avait même pas osé faire, 

tous ces projets anti-laïques et anti-républicains ont pour objectif de faire tourner la roue de l’histoire en marche arrière, ce qui est la définition même de ce qui est réactionnaire !

 Le 28 octobre, pour justifier la liberté de l’enseignement, le rapporteur du projet de loi Carle s’est appuyé explicitement sur la loi Guizot de 1833, signée par Louis-Philippe, roi de France !

 La République et ses institutions laïques n’ont rien de commun avec ces gens-là. Leur seul objectif est de servir les intérêts privés, ceux de leurs amis du Fouquet’s en particulier, au détriment des services publics, au mépris des obligations républicaines de gestion du bien commun et au risque de mettre la République en danger !

 Les organisations laïques doivent informer, doivent expliquer à tous les citoyens la laïcité, c’est la liberté, la liberté de ne pas croire ou de croire, de ne pas avoir de religion ou d’en avoir une, ou d’en changer.

- Cette liberté est garantie par la constitution et par la loi de 1905 qui précise que la République ne reconnaît aucun culte, c’est à dire qu’elle est indépendante de toute autorité religieuse.

-  la laïcité, c’est donc un formidable levier de l’émancipation de tous,

- mais seule l’école publique et laïque est capable d’enseigner la République et la laïcité et donc de donner aux enfants les outils de l’émancipation que sont la raison, l’esprit critique et la faculté de jugement.

Il ne peut donc y avoir de liberté et d’égalité des citoyens si les religions sont remises en avant, si les gouvernants les invitent à reprendre une place dans la sphère publique comme au temps des rois de France, si le curé est valorisé……… …/…

 

pendant que l’instituteur est méprisé, si les imams sont sollicités pour s’implanter dans les banlieues alors qu’on y détruit l’encadrement et les liens sociaux en faisant disparaître les services de la République.

Il est également urgent de comprendre que la laïcité c’est le social.

Si la République n e s’attache pas à régler les problèmes sociaux, si au contraire elle abandonne sur le bord du chemin un nombre croissant de citoyens en leur refusant  le droit à la dignité, le droit au travail, elle leur interdit de fait de pouvoir jouer leur rôle de citoyen.

Dans cette situation, nous essayons tous dans notre secteur, à notre niveau, d’œuvrer à ce qui nous semble indispensable, la défense des institutions laïques de la République, de la République elle-même, mais c’est de façon isolée, morcelée, non concertée, et donc avec un écho et une efficacité limités.

 Il est donc essentiel de dépasser l’émiettement des militants laïques et républicains qui n’a que trop duré depuis des années et des années, et est un grave handicap. C’est cette dispersion des rangs laïques qui permet aux adversaires de la laïcité de faire des pas en avant et de marquer des points !

C’est pourquoi la nécessité d’une structure unitaire souple et non contraignante qui permette les échanges, la discussion et l’action  se fait de plus en plus sentir.

 

Nous avons déjà fait des pas concrets dans ce sens, l’ALPAM à Nice et à Cannes, le Comité 1905 de Draguignan, l’Observatoire Méditerranéen de Carqueiranne, le Cercle Condorcet de Fréjus Saint-Raphaël, ont pris l’habitude de travailler ensemble dans notre région et ils seront bientôt rejoints par d’autres, dont l’objectif est l’efficacité, l’efficacité de l’unité pour mobiliser les citoyens et imposer la volonté de tous les républicains

Laïques contre toutes les réformes réactionnaires qui visent la République, ses institutions et son école.

 

Le Comité 1905 vous invite à participer nombreux au Colloque Régional de la Laïcité, organisé par l’OML de Carqueiranne samedi prochain 17 octobre

 Après une première conférence d’Henri Pena-Ruiz : « la laïcité, état des lieux », et une seconde d’Antoine Sfeir : « La laïcité face aux défis du 21ème siècle », nous engagerons la discussion pour  poser la première pierre au niveau des départements et de la région de ce qui pourrait s’appeler le « Front Unitaire Républicain d’Action Laïque ».

                                                                                Patrice Decorte, président du Comité 1905

  Programme du forum de Carqueiranne du 17 octobre

 LA LAÏCITE FACE AUX DEFIS DU XXI EME SIECLE

   ANTOINE SFEIR………………………… 10 h 30 à 11 h 30

 LA LAÏCITE : ETAT DES LIEUX    

   Henri PENA-RUIZ……………………………  14 h 30  à 15 h 30

Création  avec le Comité 1905  Front Républicain Laïque.

 

Publié dans ALPAM

Commenter cet article