La femme du chanoine et la chanson 

Publié le par Colette DUTERTRE

Histoire de notre temps.

L’émotion était à son comble lorsque l’ancien mannequin, femme du chanoine honoraire de Latran, en représentation devant les caméras lors de sa visite à L’Aquila, annonça, ponctuant sa déclaration d’un radieux sourire, que la France financerait à moitié la reconstruction de l’Église détruite par un tremblement de terre (et par la volonté de Dieu ?...). J’ai cru avoir mal entendu ! Mais le 14 Juillet, fière d’elle, montrant bien sa position de femme de chanoine et non de « première dame de France », qui aurait dû respecter, tout particulièrement en ce jour de fête nationale, la laïcité, établie par la loi de 1905 et inscrite dans la constitution, elle réitéra ses propos de façon tout aussi suave, devant de nouvelles caméras . Tout cela sans que les journalistes qui réalisaient l’interview n’ y trouvent rien à redire.

Nous ne pouvons financer la construction d’églises en France ?... qu’à cela ne tienne, nous irons le faire en Italie ! Pas d’argent pour la Sécu et l’hôpital public, pas d’argent pour l’école publique, pas d’argent pour payer les fonctionnaires, pas d’argent pour les retraites ou les chômeurs, mais on en trouve pour la reconstruction d’une église en Italie et pour les écoles confessionnelles. On connaît les paroles de la chanson : « …la laïcité n’a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes…Arracher la racine, c’est perdre la signification, c’est affaiblir le ciment de l’unité nationale… Même celui qui affirme ne pas croire ne peut soutenir en même temps qu’il ne s’interroge pas sur l’essentiel . Le fait spirituel c’est la tendance naturelle de tous les hommes à rechercher une transcendance…Ce n’est qu’en 2002 qu’elle [la laïcité] a accepté le principe d’un dialogue institutionnel régulier avec l’Eglise catholique…Depuis le siècle des Lumières, l’Europe a expérimenté tant d’idéologies. Elle a mis successivement ses espoirs dans l’émancipation des individus, dans la démocratie, dans l’amélioration des conditions économiques et sociales, dans la morale laïque…( Que d’erreurs à rectifier !) …Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance… » (1)

Voilà les paroles, restait à trouver la musique !

Ce 10 novembre, Jean Pierre Pernault, ravi, (heureusement qu’il est là pour nous informer sur les événements importants!!) nous ouvre un reportage sur ce sujet, annonçant, en préambule : « Vous ne le savez peut-être pas, mais c’est la France qui participe à la reconstruction de l’Eglise de L’Aquila » ( des fois que ça vous aurait échappé !...) Ainsi, en France, il est interdit de subventionner un culte, mais on peut reconstruire une église à l’étranger ??.. . Il est vrai que ce même jour, le sénateur Gaston Flosse, président de l’Assemblée territoriale de Polynésie française, élu de la République laïque, était conduit en prison par ses adeptes et autres militants UMP, au son des cantiques et des prières.

Rien que de très ordinaire qui ne peut plus nous étonner !

Une petite consolation cependant : la cour européenne des droits de l’homme estime qu’un crucifix dans une salle de classe est une entrave à la liberté d’éducation.

                                                                                                         Colette DUTERTRE

 

 

(1) Extraits du discours de Rome du chanoine honoraire de Saint Jean de Latran.

Publié dans LAICITE

Commenter cet article

henri aubin 11/12/2009 22:27


mais vous etes horribles!

catholique pratiquant et "libre penseur" si j'ose me preter votre titre, je visite votre site pour la première fois et je suis profondément choqué par le cynisme de votre propos.
oui la laicité est un acquis pour lequel il faut se battre, oui il faut respecter les différentes formes de religion et d'athéisme, mais est-ce que cela veut pour autant dire imposer un athéisme
d'état comme celui pour lequel vous semblez militer?
etre libre, égaux et frères signifie-t'il imposer au reste la vérité d'un groupe tout simplement parce qu'elle semble démontrable par a+b? votre combat n'est pas un combat pour la laicité, c'est du
prosélytisime matérialiste.
quant au financement de la reconstruction de l'église de l'aquila par la france contre lequel vous vous indignez d'une manière tout à fait recevable si l'on se place de votre point de vue, et bien
essayez d'etre un peu libre de pensée au point d'essayer de comprendre celle des autres.
l'eglise en Italie a un role tout particulier dans la société, un role de ciment social. elle est responsable d'énormément de structures caritatives et sociales. elle est au plus proche de la
population, contact que l'état italien et silvio berlsconi semble avoir perdu, comme en témoignent les manifestations massives du dernier "no berlusconi day." c'est devant ce constat  là ,
notemment, que le gouvernement français a accordé ces aides aux sinistrés de l'aquila. je n'essayerai pas de vous convertir ou de vous convaincre de l'importance du clocher et de la vie paroissiale
pour ces gens qui ont tout perdu.
de plus, vous affirmez que le gouvernement français ne finance plus la construction d'églises en france, mais il me semble que si, en  tout cas en tant que propriétaire de tous les lieux de
cultes construits avant 1905, il en assure l'entretien. de plus, l'etat soutien également la construction de lieux de cultes destinés à d'autres religions- je pense notemment aux mosquées.

j'avoue ne pas comprendre votre rejet de toute religion, mais indépendemment de nos opinions divergents,  nous nous devons de respecter le droit fondammental de chaque individu de choisir sa
religion ou pas. meme si l'on peut ne pas comprendre ce choix, toute condescendance à son égard me semble irrévérencieuse et déplacée. je place votre ton quelque peu provocateur sur le compte de
votre insatiable et louable apétit de créer des débats!

henri aubin