Motion Laïcité

Publié le par Association des Libres Penseurs de France

Les récentes élections municipales ont vu, dans certaines communes, par exemple Mantes-la-Ville, la victoire de listes se réclamant à la fois de la préférence nationale et de la laïcité.

Les Libres Penseurs de l'ADLPF, réunis en congrès à Magnanville les 17 et 18 mai 2014, rappellent que la laïcité donne corps au principe de citoyenneté car elle constitue à la fois un principe éthique et un cadre législatif permettant l'égale dignité de chacun, le respect mutuel, la liberté et l'égalité des droits et devoirs pour tous. La République laïque ne reconnaît aucune religion, aucune communauté culturelle ou idéologique, mais des individus dont l'identité de citoyens n'est fondée ni sur une origine ethnique ou géographique, ni sur une appartenance communautaire. Participant de la lutte contre toute forme de racisme et de ségrégation, la laïcité ne peut être assimilée à une volonté d'ostraciser une religion particulière. Ne privilégiant ni ne désavantageant aucun culte, ni aucune origine culturelle particulière, elle est absolument incompatible avec toute forme de politique de "préférence" nationale ou communautaire.

Contrairement à ce qu'affirment certains de ses détracteurs, la laïcité n'a pas de caractère liberticide. Elle permet au contraire l'émancipation de l'individu, y compris par rapport à sa communauté d'origine.

Dans cette période où l'on voit progresser les nationalismes, l'extrême droite et la banalisation du communautarisme qui s'entretiennent mutuellement, la laïcité est un outil essentiel permettant la cohabitation harmonieuse de tous au sein d'une nation républicaine unie et fraternelle.

Congrès ADLPF - Magnanville - 17 et 18 mai 2014

 

 

Publié dans ADLPF, CONGRES

Commenter cet article