Un grand défenseur de la laïcité nous a quittés

7 Déc 2017

ADLPF La Libre Pensée Laïcité Un grand défenseur de la laïcité nous a quittés

Hommage à Roger Cordier

Roger Cordier nous a quittés dans sa soixante dix-neuvième année, pour rejoindre « l’Orient Éternel », comme on dit au Grand Orient de France dont il fut un membre très actif et, durant trois ans, l’un des Conseillers de l’Ordre, assurant notamment le poste de 3è Grand Maître Adjoint, en charge de la laïcité.

C’est à ce titre qu’il interpella Nicolas Sarkosy lorsque celui-ci voulut réformer la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. Dans une conférence à Lyon, il avait exposé l’historique de la séparation de la sphère privée et de la sphère publique, du politique et du religieux, une aspiration qui venait de loin, bien avant la loi de 1905, insistait-il. « Maintenant qu’elle était instaurée, il ne fallait surtout pas y toucher ». À cette occasion, il avait vigoureusement dénoncé le double-langage de certains proches de Nicolas Sarkozy qui se voulaient rassurants en affirmant qu’ils ne modifieraient pas l’article 1 de la loi, alors que c’est l’article 2, tout aussi essentiel, qu’ils tentaient de remettre en cause. On se souvient de la tentative menée par la Commission Machelon, pilotée en sous-main, par Nicolas Sarkozy qui souhaitait permettre à l’État et aux collectivités locales de subventionner les églises comme n’importe quelle autre association.

Si Machelon connut l’échec, on le doit à des camarades comme Roger qui ont su monter au front, mobiliser et, au final faire reculer l’assaillant.

Roger était aussi l’un des fondateurs du Comité 1905 Auvergne-Rhône-Alpes dont il fut le président apprécié et pugnace qui n’hésitait pas à écrire à qui de droit. C’est ainsi qu’il adressa, le 25 juillet 2017, au Président Macron, une lettre dans laquelle on pouvait lire ceci : « L’école subit à l’heure actuelle des transformations soumises à la pression de lobbies agissant plus dans le sens du « confort » de la société actuelle en mutation, qu’au bien-être des enfants. Agissez, Monsieur le Président ! Pour que l’entrée en éducation des tout-jeunes enfants ne soit pas confiée à des  « personnels » non qualifiés, arguant que le fait d’être ou d’avoir été « parent » donnerait la qualité et l’expertise qu’acquièrent les spécialistes de la petite enfance au cours de leur formation. A la faute pédagogique s’ajouterait le risque évident d’un entrisme contraire à la valeur phare de notre école républicaine, la laïcité. »

Dans le même texte, il dénonçait : «La multiplication des commissions préfectorales de dialogues interreligieux [qui] conduit à considérer la laïcité comme la religion des laïques. Cette confusion entretenue sciemment ne peut que semer la confusion et nuire à son principe même d’être un mode de fonctionnement de la République. »

Roger était très attaché à la République laïque et ne manquait pas de rappeler les élus à leur devoir. Lors de la préparation d’élections, il apostrophait le maire de Bourgoin-Jallieu, sa ville, en ces termes : « Notre République laïque n’a-t-elle pas suffisamment de locaux pour devoir utiliser des locaux confessionnels ? » « Une seule école publique est utilisée (…) Comment demander à des athées ou à des agnostiques (…) de se rendre dans un établissement catholique pour aller voter ? » . Et de rappeler que le Conseil d’État a statué sur cette question. Le juge administratif suprême rappelait en effet dans sa décision n° 268543 du 15 novembre 2004 que « l’aménagement des locaux dans lesquels se déroule un scrutin ne doit pas porter atteinte à la liberté et à la sincérité du vote et doit, donc, être neutre ». Je vous fais grâce de la réponse pitoyable du maire, qui ne céda pas, mais cette affaire nous rappelle que les « accommodements » démagogiques sont une plaie de notre démocratie et le fumier sur lequel prospèrent les intégristes de tout poil, friands de « percées » anti-laïques.

Sur ce combat, qui est le nôtre chers Amis et Camarades, Roger Cordier nous manquera, un créneau  a perdu sa vigie. Nous le déplorons.

Nos condoléances attristées à sa famille et à ses proches.

Salut l’Ami ! Salut Roger !

Dernières nouvelles

1 Commentaire

  1. régis

    Un grand homme, un grand militant. Il était avec nous (cercle Maurice Allard) lors de la manifestation contre « le vœu des échevins » à Lyon, cérémonie religieuse où était présent de nombreux politiques.

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

9 + 15 =