N°218, 4 juin 2021

4 Juin 2021

On épingle, on épingle ! Cette semaine l’essentialisation qui fait florès ainsi que les idées pour déglinguer la Justice. La Chine s’avise que sa population vieillit tandis que nos sociétés se vautrent dans la vulgarité des décerveleurs médiatiques. Et si on essayait le bonheur ?

Appropriation culturelle…

Il faut clouer au pilori tous ceux qui oseraient porter des sombreros, même pour rire ; tous ceux qui mangent des sushis s’ils ne sont pas japonnais et ceux qui pratiquent, comment osent-ils ? une langue autre que leur parler maternel. Ainsi va la connerie universelle et ce n’est pas du flan. Certains, telle la pop star Justin Bieber, pour cause de dreadlocks – « Si t’es pas rasta… » -, en sont victimes. Le malheureux a cédé et s’est mis la boule à zéro. Pourvu que les ayant droits de Yul Bryner ne le poursuivent pas pour appropriation péliculturelle.

Chiche !

« Et si nous profitions de ce moment pour réactiver l’idée grecque du bonheur ? ». Ainsi parle la philosophe italienne Ilaria Gaspari. Chiche en effet ! Comme Socrate le dit dans le Phédon, le plaisir naît aussi de la cessation d’une douleur. En d’autres termes, rien n’est plus agréable que le soulagement… Il y a des tonnes de gloses sur « l’Après », quant à nous, nous rallions de bon cœur Ilaria Gaspari et allons tenter le bonheur contre tous les pisse-vinaigre qui sévissent dans les médias et ailleurs. Le bonheur grec contre la culpabilité chrétienne, tout un programme.

Nous y voilà !

La France s’ancre à droite et les gens de droite lorgnent sur l’Amère Le Pen. Dernier en date, Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher, qui revendique la création d’« une justice exceptionnelle » pour éviter de passer par les « tribunaux, les cours d’appel et le Conseil d’État » et de « sortir provisoirement » de la Cour européenne des droits de l’homme qui ne respecterait pas, selon lui, la « souveraineté des nations », reprenant les mots mêmes de Marine Le Pen sur le sujet.  Nul besoin d’analyse sémantique poussée, c’est un vocabulaire totalitaire qui appelle à la destruction à la hache de l’état de droit.

Au boulot les poissons rouges !

Neuf fontaines, bassins et lavoirs d’un village du Revermont dans le Jura, hébergent désormais chacun trois poissons rouges, afin de nettoyer l’eau en se nourrissant des algues. Dans la Nature, rien n’est inutile, sauf peut-être ?… Euh ? Ne mélangeons pas les sujets.

Ô Li, retourne au lit !

Il n’en fallait plus qu’un, il en fallut deux ensuite. Et maintenant trois serait l’idéal. Entretemps est apparu un déficit original : on manque de femmes en Chine et donc de ventres procréateurs. L’arroseur arrosé version « sinique ». Quand l’injonction était à l’enfant unique, on avortait (ou pire on tuait) les filles, considérées comme parfaitement inutiles. Mao de tous pays réjouissez-vous, les galipettes plumardières productives sont de nouveau autorisées par la grande Timonerie.

Le nouveau modèle économique.

Faire du spectacle télévisé sans débours ou presque, tel est le nouveau modèle économique des chaînes d’informations en continu. Le pire est que la chose soit suivie et qu’elle ne suscite pas de protestations ni d’« abandon de poste ». La nouvelle équation s’énonce ainsi : un « forcené » + des gendarmes + des hélicos (indispensables les hélicos!) + quelques caméras et un ou une bavarde impénitente, salariée de la chaîne = 36 à 48 h d’émission presque gratos. Le pied quoi ! De quoi réjouir en les engraissant les décerveleurs en chef.

C’est nickel !

L’affaire de la Nouvelle-Calédonie se pose à nouveau, elle impacte la diplomatie et la politique de défense de la France, mais pas seulement… Il y a des intérêts économiques forts, notamment liés au nickel et un renversement de plus en plus évident des équilibres au sein de la population entre Européens et indigènes. Peu à peu, les Kanakes deviennent majoritaires et entendent prendre leur destin en main. Il est temps de se montrer intelligent et de mériter vraiment le titre de Pays des droits de l’homme. Débarrassons-nous de toute morgue post-coloniale et inventons des partenariats gagnant-gagnant.

La justice en question.

Encore des questions hypocrites fort mal posées. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas ici de prétendre que la justice est parfaite, tout simplement parce qu’une justice parfaite n’existe pas. La plupart du temps, elle se borne à dire le droit et passe à côté de ce qui est « juste », en tout cas pour les plaignants. Ce qui justifie d’ailleurs l’usage des recours.

Nulle démocratie ne peut fonctionner correctement sans séparation des pouvoirs et donc sans  une justice dégagée des pressions. Or il se trouve qu’en l’espèce, la présence du premier flic de France sur une manif de policiers accusant la Justice de tous les maux est particulièrement problématique, sans parler des délires autoritaires d’un Guillaume Peltier pointés supra. Démolir cette institution serait un premier pas vers l’arbitraire. Qui en voudrait, en dehors des  idolâtres de l’Amère Le Pen ?

Les deniers de l’État.

Tant qu’on n’a pas déclaré sa candidature, on n’est pas candidat. Logique, n’est-ce pas ? Cependant qui doute encore de la volonté de Macron de tenter le deuxième mandat à part quelques naïfs et quelques retors ? Il est de toute évidence en campagne et entend réaliser deux déplacements par semaine. Un Tour de France donc, avec maillot vert à pois rouges (super grimpeur et super sprinter), le tout sur les deniers de l’État. Le voilà à l’assaut du corps électoral… en danseuse, bien entendu. Ne riez pas bande de mécréants, c’est votre pognon !

À la soupe !

Que tout un chacun veille à ses intérêts est d’usage courant, surtout depuis que l’individualisme a évacué chez beaucoup tout sentiment de bien public, un affreux gros mot. Il n’empêche, quand de grands « commis de l’État », biberonnés à ses rouages et à ses réseaux vont pantoufler, c’est l’expression consacrée, dans de grandes entreprises qui, entres autres, exécutent des commandes d’État, il y a là un véritable conflit d’intérêt, doublé d’un scandale, qui, dit-on, est même encouragé. Tuez l’État et vous aurez l’anarchie de droite, celle des intérêts privés.

Mensonges et flou artistique.

« T’es compétent ou tu ne l’es pas ? » Telle devrait être la question que l’électeur lambda débarrassé de toute idolâtrie devrait poser à tout candidat aux régionales. Tous nous rebattent les oreilles avec le mantra à la mode : « Sécurité, sécurité », le hic est que la sécurité n’est pas de la compétence de la Région, donc de la leur s’ils sont élus. Mensonge et flou artistique sont les deux mamelles de la désolante politique « politicienne ». « Fuera, no pasaràn ».

Dernières nouvelles

0 commentaires

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

10 + 7 =