N°252, 11 mars 2022

11 Mar 2022

Grande nouvelle, Macron sera candidat à sa propre succession. Fin d’un insoutenable suspens, la macronie respire… Il n’est pas encore temps de faire le bilan calamiteux de la guerre en Ukraine, mais d’ores et déjà on sait qu’elle aura de graves conséquences sur les approvisionnements en blé, notamment en Afrique. La disette, cette vieille lune (?) rôde de nouveau. Ménard laisse béton Zemmour. Il y a par ailleurs un concours de démagogie ouvert sur fond de suppression de la redevance audiovisuelle. Le gogo en salive d’aise.

Bête noire.

Poutine a sa bête noire, c’est le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky qui ose s’opposer à lui avec opiniâtreté et, il faut le dire, un certain succès. Néanmoins, une « exfiltration » est souhaitée par « l’Occident » avec la création d’un gouvernement en exil. M. Poutine s’est offert une belle épine dans le pied.

Carnaval et fausse barbe.

Donald Trump, l’inénarrable, s’est exprimé sur la situation en Ukraine et a suggéré que la prochaine étape pour les États-Unis était de bombarder la Russie avec des avions F-22 américains parés du drapeau chinois, rapportent plusieurs médias étasuniens. On n’arrête pas le génie, la connerie non plus !

Et soudain le diable sort de sa boite !

Surprise et sidération, Macron est candidat à sa propre succession ! L’escroc repart en campagne avec cette fois “quatre grands pactes” pour la France. “Les idées seront simples (si si), les pactes seront clairs (vraiment ?) parce que je veux aussi changer de méthode”, a affirmé le président sortant à Poissy, expliquant qu’il souhaite “associer” les Français “tout au long” de son second quinquennat s’il est réélu. Les promesses n’engagent que ceux qui les entendent…

Affamer l’Afrique ?

Dommages collatéraux, comme ils disent, la guerre en Ukraine pourrait bien avoir pour conséquence immédiate le retour de la famine en Afrique. L’entrée en conflit n’a pas provoqué d’interruption des livraisons de gaz et de pétrole depuis la Russie, mais en revanche elle a bloqué la totalité des livraisons de grains ukrainiens qui transitent à 95 % par les ports de la Mer Noire.

Contre-pied.

Jean-Pierre Chevènement en préconisant la neutralité de l’Ukraine sur le modèle de celle de l’Autriche (1955), prend le contre-pied du rêve américain d’inclure cet état dans le dispositif OTAN. Il explique par ailleurs que: « D’un point de vue stratégique et politique, la décision d’envahir l’Ukraine prise par le président Poutine est sidérante d’absurdité. Même si l’armée russe a l’avantage sur le plan militaire, ce qui s’annonce pour elle est une longue période d’enlisement. ». Les dernières guerres de conquête ont montré que, si c’est chose relativement aisée en vertu de l’habituelle dissymétrie des forces en présence, durer en tant qu’occupant est une autre affaire. Cf. la Syrie ou la Libye, sans parler de l’Afghanistan.

Des petits (et des gros) ronds dans l’eau.

Des dizaines de pétroliers russes sont en mer, incertains de la destination de leurs précieuses cargaisons. La semaine dernière, 77 navires de Sovcomflot, la plus grande compagnie maritime de Russie, étaient en mer, sans trop savoir où décharger pour cause d’embargo. Mais qu’on se rassure, les affaires sont les affaires et Shell sait l’avantage qu’il y a de payer 28,5 dollars le baril quand celui-ci frôle les 140 dollars pour cause d’embargo.

Pandore.

Au premier jour de son « opération militaire spéciale » en Ukraine, Vladimir Poutine ordonnait la prise de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Près de deux semaines plus tard, la sûreté du site est remise en question. L’alimentation électrique de la centrale a été coupée. Et le personnel en poste est épuisé. Vlad a décapsulé la jarre de Pandore et tous les maux du monde risquent de se répandre… restera-t-il  encore l’espérance ?  

L’errance d’ERA.

ERA est un système chiffré et « super coûteux» fièrement présenté par le ministère de la Défense russe comme pouvant fonctionner dans toutes les conditions d’une guerre. Pourtant ERA n’a pas fonctionné parce qu’il dépend des réseaux 3G et 4G environnants et que l’armée russe, lors de ses raids sur Kharkiv, avait commencé par détruire les infrastructures de communication, pensant sans doute plonger l’ennemi dans le brouillard. L’art de se tirer une balle dans le pied !

Démagogie.

C’est à la mode, « on va supprimer la redevance audio-visuelle », ils le disent tous : Zemmour, Le Pen et maintenant Manu. Bien sûr que ça flatte le bon peuple friand d’économies, mais qui ne se demande pas par quoi on la remplacera. Mais par l’impôt pardi ! Des questions se posent comme celle de Léa Salamé à M. Attal : « Dès qu’un reportage va déplaire, qu’une interview se passera mal ou qu’une question ne sera pas dans la ligne du gouvernement, est-ce qu’il y aura une menace sur le budget de l’audiovisuel public ? Quelles garanties d’indépendance vous donnez au service public avec ce nouveau financement ? ». Quelles garanties en effet ?

Revoilà la retraite à 65 ans !

À peu près assuré de sa victoire, Macron ressort la retraite à 65 ans avec les arguments habituels de la plus pure doctrine ultra-libérale. Rien de nouveau sous le soleil et c’est Attal qui s’y colle.

La confession.

Le maire de Béziers Robert Ménard, partisan historique de l’union des droites, considère désormais avoir commis une « faute » en s’opposant à l’accueil des réfugiés syriens et fustige les prises de positions récentes d’Eric Zemmour. Le chemin de Damas d’un foutu réac.

Soupçons.

Sophie Conrad accuse l’ex-directeur de l’Institut Montaigne de l’avoir droguée à son insu, elle a déposé plainte le 9 mars contre le directeur de la police judiciaire et la procureure de la République de Paris pour falsification de l’enquête, « obstruction à la manifestation de la vérité » et « faux en écriture publique », a annoncé son avocat à France-info. La Justice a certes besoin de sérénité mais aussi d’être à l’abri des « influenceurs » de tout poil.

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

12 + 10 =