string(304) "
ADLPF A propos de l'ADLPF Décès de notre camarade Guy Georges
"

Décès de notre camarade Guy Georges

9 Fév 2018

ADLPF A propos de l'ADLPF Décès de notre camarade Guy Georges

Ce vendredi 8 février ont eu lieu les funérailles de notre camarade Guy Georges au crématorium du Père Lachaise en la présence de nombreuses personnalités du combat laïque, l’ADLPF y était représentée par son président.

Les hussards noirs de la République perdent leur général.

Guy Georges avait adhéré à l’Association des Libres Penseurs de France (ADLPF) assez tardivement. C’est en 2014, au congrès de Magnanville, que les nombreux anciens instituteurs publics parmi les membres de l’ADLPF ont pu revoir et réentendre leur ancien général, plus exactement le secrétaire général de leur ancien puissant syndicat : le S.N.I. (F.E.N.). Ils ont constaté que son ardeur à défendre les institutions laïques, particulièrement l’école publique, n’avait pas faibli.

Guy Georges ne supportait pas qu’on l’accuse de vouloir « rallumer la guerre scolaire ». Il considérait – et il l’a démontré dans ses écrits – que c’est bien l’Eglise catholique et son école confessionnelle privée – de rien ! – qui ne cesse d’asséner des coups à l’enseignement public laïque. Pour Guy, la loi Debré de 1959 n’était pas un acte d’apaisement et d’équilibre, mais au contraire une machine de guerre contre la République et son école. Sa fidélité au serment de Vincennes d’il y a bientôt 60 ans était entière : lutter jusqu’à la disparition de cette loi inique par laquelle la République finance elle-même la concurrence mortelle pour son système éducatif.

Depuis 2005, chaque 9 décembre, date anniversaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État, les réseaux de militants laïques constitués autour de Guy Georges procédaient à la plantation d’arbres de la laïcité, indépendamment des mêmes cérémonies mises en œuvre par les sections locales de l’ADLPF. Les deux groupes étaient appelés à se rencontrer et à coopérer. Ce fut également l’occasion, pour Guy, de découvrir et rejoindre d’autres libres penseurs que ceux de la FNLP qu’il avait quittés en raison de leurs pratiques sectaires et de leur complaisance à l’égard des cléricalismes non catholiques.

Malgré son âge déjà respectable à son arrivée à l’ADLPF, Guy Georges ne ménagea pas son activité militante : témoignages et articles pour le site et le journal, animation de conférences et séances de présentation, avec son ami Alain Azouvi, de leur ouvrage La Guerre Scolaire. Il avait encore tant à dire et à faire !

À nous de poursuivre son œuvre et son engagement et de perpétuer ainsi la mémoire de cet infatigable militant qui a consacré sa vie à l’éducation du peuple et au service de la République laïque, démocratique et sociale.

 

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

1 + 13 =