Libre parole de nos adhérents

22 Fév 2018

ADLPF A propos de l'ADLPF Libre parole de nos adhérents

Dieu n’aime pas les homos

Le vendredi 9 février dernier, deux jeunes filles, deux amoureuses, ont été agressées dans le RER par d’autres jeunes. Une bande de petits cons, aurait-on envie de dire. Mais ce n’est pas si simple ! Cet incident, loin d’être isolé, m’inspire quelques réflexions.

On ne connaît pas les motifs de cette agression. Sans doute, une bonne dose de bêtise crasse :

« Salut à toi, dame Bêtise, Toi dont le règne est méconnu ! » chantait Jacques Brel.

Mais la bêtise ne pousse pas seule : il faut un terrain favorable à son épanouissement hideux. Depuis quelques années, les propos et les actes homophobes, bien que sanctionnés par la loi française, reprennent de l’ampleur. Après quelques décennies d’ouverture, les mentalités régressent. Dans les meilleures compagnies, entre la poire et le fromage, on raconte des histoires racistes, misogynes et homophobes, souvent les deux, ou les trois. Sans hésitation, on peut rapprocher cette montée en puissance de l’homophobie du retour en force des intégrismes religieux.

Là-dessus, ils sont tous d’accord, au moins les monothéistes : Dieu n’aime pas les homos. Le pasteur Doucé a payé bien cher son engagement et sa foi en un dieu aimant et compréhensif à l’égard des différents. Les homos des deux sexes, s’ils suivent leur inclination profonde, refusent de se conformer à la loi du « croissez et multipliez ». Ils refusent le décret divin qui ordonne que « l’homme s’attachera à sa femme et ils ne seront qu’une seule chair ». Et si, au lieu d’un dieu quelconque, on invoque la nature, c’est pareil, sinon pire : les homosexuels sont considérés comme des déserteurs qui refusent de contribuer à la survie de l’humanité. Sous ce rapport, on devrait leur savoir gré de réclamer leur droit à la procréation, et non le leur reprocher. Mais les vieilles malédictions ont la vie dure ! Parfois, elles survivent même aux révolutions laïques : l’homosexualité était persécutée aussi bien chez Franco que chez Castro.

Nous ne savons pas si les agresseurs du RER ont agi au nom de motifs religieux. Mais leur violence, qu’ils le sachent ou non, est d’origine religieuse. Ils sont les petits frères des fanatiques qui défilaient naguère contre le mariage gay, et jadis contre le PACS, en hurlant :

« Les pédés au bûcher ! »

Aux Etats-Unis, grand pays multi-religieux, il existe dans certains états des lois anti-sodomie, avec incitation à la délation, ce qui nous laisse rêveurs. Dans les pays d’Afrique où les églises évangéliques font la loi, les homosexuels risquent leur vie. Et ne parlons pas des monarchies ou des républiques islamiques. Et même la Tunisie !

Quant aux mouvements de libre pensée, ils défendent depuis longtemps ce qu’on appelait joliment « la liberté de l’amour ». Amour libre, pensée libre, le combat est le même et il est loin d’être fini.

Sophie TORDJMAN

Dernières nouvelles

2 Commentaires

  1. petitjean joseph

    Tu as raison Camarade.. ».Notre combat…est loin d’être fini »…Poursuivons-le avec courage et AMBITION de RECRUTEMENT…. Vive la Jeunesse…d’un militant de 4 fois 20 ans…Hélas !

  2. FOLL Lydia

    Hélas oui c’est toujours d’actualité. Les Français sont de plus en plus ignares et ça ne va pas s’arranger. Autre commentaire : Pourquoi ne trouve t’on plus votre page Facebook et pourquoi ne peut-on vous partager sur Facebook. Je suis obligée de faire un copier/coller pour pouvoir vous partager.Dommage.

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

7 + 7 =