Ramasse-miettes n° 99 : Revue de presse militante

22 Avr 2018

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse-miettes n° 99 : Revue de presse militante

L’affaire Vincent Lambert… obstination et entêtement sur arguments religieux.

« Les parents contestent la décision du CHU de Reims d’arrêter les traitements de leur fils. Le pape a aussi appelé à le maintenir en vie ». […] «  Le pape François a lancé mercredi un nouvel appel solennel en faveur du maintien en vie du Français Vincent Lambert ainsi que du petit Britannique Alfie Evans, pour lesquels la justice a statué en faveur de l’arrêt des traitements… Je voulais répéter et confirmer de manière forte que le seul maître de la vie, du début jusqu’à la fin naturelle, est Dieu. Et notre devoir est de tout faire pour protéger la vie », a-t-il martelé. Le seul maître de la vie… Il est gonflé le pépère.

Depuis 10 longues années maintenant, le malheureux Vincent Lambert est dans un état végétatif – le langage populaire parle de « légume » ! L’arrêt des traitements, décidé par le Dr Vincent Sanchez à l’issue d’une procédure collégiale de cinq mois – la quatrième en cinq ans – consiste à stopper l’alimentation et l’hydratation artificielle du patient, placé sous sédation profonde et continue.

Question adressée autant à la famille qu’au Pape : « Quelle vie a ce malheureux ? Est-ce seulement une vie ? ». Des gens, les chrétiens, qui tout au long de l’histoire ont été capables d’ôter des vies, de martyriser des « hérétiques », de piétiner les droits de femmes, ces gens sont-ils habilités à décider, contre l’avis d’un collège médical que cette vie-là, qui n’en est visiblement plus une, doit perdurer. En attendant un miracle ? Espérons simplement que le Lambert végétatif ne souffre pas !

Le racisme est une plaie universelle dont même de grands pays, qui par ailleurs se pensent comme des parangons de vertus démocratiques, ont bien du mal à se défaire.

Kevin Johnson, le Pdg du spécialiste des boissons chaudes, Starbucks, a annoncé mardi 17 avril, dans un communiqué, la fermeture de l’ensemble de ses cafés aux États-Unis le 29 mai prochain pour une séance générale d’éducation contre le racisme.

Il faut croire que l’heure est grave pour ce Monsieur qui voit ses établissements boycottés par une clientèle très remontée contre des agissement inouïs tels cette pitoyable affaire des deux hommes afro-américains interpellés et menottés dans un Starbucks… alors qu’ils n’avaient rien fait. Ils attendaient – sans consommer, les vilains ! – un rendez-vous qui tardait, semble-t-il.

La question que personnellement j’ai envie de poser est la suivante : qu’est-ce qui d’une vraie détestation de racisme ou de la perte de chiffre d’affaires a motivé cette louable décision ?

Entendu d’un humoriste ce vendredi matin, je ne sais plus trop où et placé dans la bouche de Macron : « Je pense et tu suis »

Admirable raccourci d’une « gouvernance » – comme on ne devrait pas dire puisque le terme vient de l’effroyable vocabulaire du management – macronienne que la ministre-bis de l’Intérieur, Jacqueline Gourault, vient d’illustrer dans une passe d’armes avec un parlementaire « Les Républicains » : elle s’est indignée ce jeudi 19 avril à l’Assemblée nationale qu’il « l’oblige à répondre » à sa question sur les régularisations d’immigrés clandestins. Ce qui semble pourtant être le b.a.ba du débat démocratique.

Verbatim : « Monsieur Jacob, je vous connais depuis longtemps. Vous pouvez laisser continuer cette méthode pendant longtemps ? Obliger un ministre à répondre ? (…) Ce sont des méthodes autoritaires (sic) qui ne sont pas acceptables dans une démocratie ! Pas de pressions ainsi ! Qu’est-ce que c’est que ces méthodes ? ».

Ahurissant ! La macronnerie n’a pas fini de nous étonner.

Ahurissant toujours, le décervelage organisé par la publicité, cette plaie censée libérer des temps de cerveau pour une marque de soda hyper sucré et autres produits pas vraiment nécessaires ni ragoûtants.

« La nouvelle campagne de pub de la chaîne de fast-food vient d’être lancée. Ciblant les enfants, elle fait du passage chez Burger King un rite initiatique, aussi indispensable pour grandir que de faire ses premiers pas ou de connaître son premier amour. ». « Puisqu’il n’y a pas d’âge pour la malbouffe, l’enseigne cherche à attirer les enfants. En leur faisant miroiter cette promesse : pour être comme un grand, mange un hamburger. So cool. »

Faut-il commenter ? Faut-il s’inquiéter ? Faut-il mépriser ? Rien de tout cela, il faut renverser l’argument et proclamer haut et fort que la malbouffe produit les obèses de demain : « Pour être comme un gros, mange un hamburger. So bad ! ».

Lettre ouverte de Pierre Justan, membre du collectif « En-Commun », doctorant en Droit public.

Cet intellectuel est effaré par les positions quasi-concordataires du président Macron.

Suivez ce lien qui y mène tout droit.

Et Catherine Kintzler, toujours aussi vigilante, de s’interroger : « Est-ce bien le président de la République qui a parlé ? »

Et de citer le début du discours aux évêques prononcé aux Bernardins : « Pour nous retrouver ici ce soir, Monseigneur, nous avons, vous et moi, bravé les sceptiques de chaque bord. Et si nous l’avons fait, c’est sans doute que nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l’église et l’État s’est abîmé, et qu’il nous importe à vous comme à moi de le réparer.

Pour cela, il n’est pas d’autre moyen qu’un dialogue en vérité ».  Il y a là tout un programme qui laisse mal augurer de la volonté du Président de défendre la laïcité. Lisez l’analyse sur le blog de C. Kintzler,  Mezetulle, c’est lumineux, comme d’habitude.

Et maintenant un salutaire rappel : Plus de la moitié des Français ne se réclament d’aucune religion

La question religieuse est au cœur du débat public, on se demande pourquoi ! Car la France est l’un des pays qui comptent le plus d’athées au monde…

En 2010, un sondage a permis de dresser un portrait religieux de la France : l’Eurobaromètre commandé par la commission européenne. Les réponses indiquent que: 40 % des Français se déclarent athées et environ un tiers « croient en un esprit ou une force supérieure ». Un avis nuancé mais qui les place tout de même dans les personnes « sans religion ». Près de 70 % des Français sondés ne se réclament donc d’aucune religion précise, même si un tiers d’entre eux croit en une forme de divinité.

« Un État est une communauté humaine qui revendique le monopole de l’usage légitime de la force physique sur un territoire donné » Max Weber.

On parle plus couramment du monopole de la violence. Le terme important de cette définition est « légitime ». Car si des personnes ou des groupes peuvent faire usage de la violence, elle n’est pas pour autant légitime. Seul l’État est habilité à utiliser la violence sans qu’on puisse lui en dénier la légitimité. Euh ! Pourtant, l’article 2 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen envisage, en tant que droit imprescriptible, « la résistance à l’oppression ». Tout l’enjeu philosophique est là.

Il semble que le gouvernement Philippe fasse de Weber une lecture exclusivement à charge, si j’ose dire. Partout et en tout lieu, il fait mine de négocier, mais assène ses conditions « à prendre ou à laisser » et sans laisser quiconque respirer fait donner brutalement la cavalerie. « L’État, qui a donné aux zadistes jusqu’au 23 avril pour se régulariser, à travers un formulaire simplifié n’ayant « pas de valeur juridique » mais permettant de « savoir le nom de la personne, où elle veut s’installer, ce qu’elle veut faire », restera intangible sur ce nouveau délai, a d’ores et déjà fait savoir la préfète. »

Difficile de magner plus brutalement le mode impératif. Explicitement tout projet coopératif, ce que souhaitent certains zadistes qui ont bien réfléchi et avancé là-dessus, se trouve non éligible. La mauvaise foi érigée en système…

La même brutalité et le même aveuglement sont à l’œuvre envers le mouvement étudiant.

Pro memoria. Le Consul Bonaparte devint « le petit caporal » et gouverna en despote.

Dernières nouvelles

1 Commentaire

  1. Y JUGAN

    S’agissant de Vincent Lambert, le pape dit : notre devoir est de tout faire pour protéger la vie. Qu’a fait le pape en matière de protection de la vie des 465000 morts du conflit syrien et de tant et tant de guerres qui trouvent quasiment toutes leurs origines dans des antagonismes religieux. Y J

Soumettre un commentaire

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

15 + 15 =