string(345) "
ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse miettes N°136 du 16 mai 2019
"

Ramasse miettes N°136 du 16 mai 2019

17 Mai 2019

ADLPF La revue de presse militante de l'ADLPF Ramasse miettes N°136 du 16 mai 2019

Les bondieuseries n’engendrent que la violence.

Violences contre les Ouïghours musulmans parce qu’ils sont musulmans, violences contre les Chrétiens parce qu’ils sont chrétiens, violence juridiques et harcèlement incessant contre le corps médical dans l’affaire Vincent Lambert.

Dans cette affaire, qui dure depuis des lustres, la branche fondamentaliste de la famille, qui attend de toute évidence un « miracle » du Grand Barbu pour ressusciter Vincent, tel un nouveau Lazare, a épuisé tous les recours possibles, à moins qu’elle n’en découvre un nouveau… par miracle. Aussi, le Dr Sanchez écrit-il dans un courrier adressé à la famille Lambert,  «[le Conseil d’État a conclu qu’étaient] réunies les différentes conditions pour que la décision d’arrêter la nutrition et l’hydratation artificielles de M. Vincent Lambert puisse être mise en œuvre [en conséquence],  je vous informe que l’arrêt des traitements et la sédation profonde et continue évoquée lors de la procédure collégiale seront initiés au cours de la semaine du 20 mai ». Le Dieu si bon trouve-t-il si charitable cet incroyable acharnement ?

La France vieillit, l’AP-HP ferme 1000 lits en gériatrie, cherchez l’erreur…ou l’horreur ?

Dans le bâtiment de l’établissement de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) où vivait un certain M. Thomas, une trentaine de lits sont en passe d’être clos. Ces fermetures de chambres sont un avant-goût d’une vague inédite : l’AP-HP prévoit en effet de réduire de « 30 % à 50 % » le nombre de ses lits de gériatrie au sein de ses unités de soins de longue durée (USLD) d’ici à 2024.

Aucune démocratie ne peut se passer de police, encore faut-il qu’elle soit pilotée par un démocrate authentiquement républicain.

Christophe Castaner rentre-t-il dans ce schéma ? On peut en douter : Éborgnements, tabassages, humiliations : les syndicats de police imposent l’omerta et le brave ministre Castaner couvre… Notre République sombre dans l’autocratie et l’autoritarisme débridé.

Quand les liquidateurs critiquent les liquidés.

C’est un fait entendu, la social-démocratie, et donc le PS français, est au plus mal, pour employer un euphémisme. Ce constat, le ministre des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Driant, ex-poids lourd socialiste (si, si!) l’énonce lui aussi, et il estime que le Parti socialiste est voué à un « lent suicide », ilen appelle donc à une meilleure représentation des « sensibilités de gauche »au sein de La République en marche (La RM)…

L’ex-poids lourd ne fut-il pas précisément l’un des « éléphants », l’un des patrons du PS ? Bien sûr que si, alors au trou de mémoire, il ajoute la poudre aux yeux en faisant semblant de croire que le macronisme a quelque part (où, bon sang?) une, pardon des, sensibilités de gauche.*

D ‘ailleurs et pour preuve, Jérôme Peyrat, ancien conseiller des présidents Chirac et Sarkozy et pilier de l’ex-UMP, a rejoint le cabinet d’Emmanuel Macron, a indiqué lundi l’Elysée à l’AFP.  C’est dire : « Words, Words, Words », « des mots, des mots, des mots », comme dit Hamlet.

Rencontre au sommet de deux xénophobes décomplexés.

Viktor Orban, l’homme fort de Budapest, a eu un tête-à-tête avec le président Trump qu’il avait naguère qualifié d’icône pour le mouvement souverainiste. Les deux hommes partagent une proximité idéologique : déclarations contre l’immigration et exaltation des frontières etc.

L’annonce de cette visite est intervenue le jour où le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo annulait à la dernière minute un déplacement à Berlin pour rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel. Une ironie du calendrier que de nombreux observateurs ont vu comme emblématique de l’évolution des relations transatlantiques depuis l’élection du milliardaire républicain, accusé de préférer les hommes forts, voire les autocrates, aux dirigeants des démocraties occidentales alliés traditionnels de Washington. Ce qui n’empêche pas le bon président Trump de se dire excellent démocrate.

Régression et maltraitance.

 Longtemps phare du modernisme et même de la modernité, les É-U sont maintenant le leader de la régression et de la maltraitance faite aux femmes.

Le Sénat de l’État de l’Alabama a adopté mardi le projet de loi le plus restrictif des États-Unis sur l’avortement, avec une interdiction quasi totale – même dans des cas de viol ou d’inceste (mais oui !) – et prévoyant des peines allant jusqu’à l’emprisonnement à vie pour les médecins pratiquant des interruptions volontaires de grossesse. On ne fait pas dans la dentelle en Alabama.

L’Amérique régresse sous Trump

Elle a même refusé de signer « l’Appel de Christchurch » pour lutter contre la haine en ligne au nom de la liberté d’expression. C’est surtout parce que Trump s’estime malmené par les Facebook, YouTube ou Twitter !

Balkany: «J’ai horreur de la corruption»…

Gonflé Monsieur le maire ! C’est un peu comme si la Castafiore prétendait détester les bijoux. En attendant, la faconde du maire et le métier de l’avocat font le spectacle contre le vœu du Président et pour le régal du buzzz.

Nous l’avons tant aimée.

Enfin, les gens de ma génération ! À l’âge de 97 ans, la comédienne Doris Day est décédée à son domicile californien. Figure emblématique des comédies musicales et romantiques des années 50 et 60, l’actrice et chanteuse a notamment tourné sous la direction de pointures comme Michael Curtiz et Gene Kelly. Cependant, l’un de ses films les plus connus n’est autre que le thriller « L’homme qui en savait trop » d’Alfred Hitchcock, dans lequel elle forme un couple inoubliable avec James Stewart.  Bye bye, Madame.

Le Va-t-en guerre de la Maison Blanche joue au poker menteur avec les Iraniens.

Au conflit traditionnel entre chiites et sunnites, est venu s’ajouter Donald Trump qui, il y a un an, a décidé de se retirer de l’accord international sur le nucléaire iranien, bien que les Iraniens en aient scrupuleusement respecté les termes. Ce n’est pas encore la guerre, mais on n’est pas à l’abri d’un dérapage car les hostilités ont déjà commencé. Le détroit d’Ormuz, la principale voie d’exportation du pétrole des pays du Golfe, est un chenal entre l’Iran d’un côté, les Émirats arabes unis et le Sultanat d’Oman de l’autre, par lequel transitent chaque année quelque 2 400 pétroliers et on y entend le frrrfrrr des navires de guerre qui y croisent…

Trump fait le malin, plus qu’avec le roitelet de la Corée du nord, car l’Iran n’a pas l’arme atomique ! Est-ce la bonne méthode pour l’empêcher de l’acquérir ? On peut en douter.

Dernières nouvelles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adhérez à l'ADLPF / Demande d'infos

15 + 15 =