ODIEUSES AGRESSIONS DES MEMBRES DU CREAL 76

20 Mar 2023

ADLPF La Libre Pensée Faire vivre la démocratie ODIEUSES AGRESSIONS DES MEMBRES DU CREAL 76

Nous Libres-Penseurs et Libres-Penseuses, protestons vivement contre les agressions dont ont été victimes les membres du CREAL 76 (Comité de Réflexion et d’action Laïque de Seine Maritime) lors de la manifestation contre la réforme des retraites et pour le droit des femmes à laquelle ils participaient le 8 mars 2023, et leur apportons tout notre soutien.

Nous publions la lettre qu’ils ont écrite suite à cette agression.

Les intertitres ont été ajoutés par la rédaction du site ADLPF

Injures, agressions physiques

Nous nous adressons solennellement à vous toutes, organisatrices de la manifestation du 8 mars 2023, pour vous faire part de notre indignation.

Le CREAL, qui a travaillé à la popularisation et à l’élargissement de l’unité autour de cette initiative, a été l’objet d’agressions répétées au cours de la soirée.

Agressions verbales dès le début du rassemblement : «islamophobes !», «racistes !», «fascistes !», injonctions à quitter le rassemblement, voilà ce que nous avons dû entendre de la bouche de très jeunes femmes.

Agressions physiques : arrachages de nos pancartes et des slogans que nous portions autour du cou, bombage mauve de nos revendications.

Ce comportement est contradictoire avec l’objet de cette manifestation pour plus de droits, plus de libertés.

La station ultime au Palais de justice nous réserva une violence encore plus grande : nouveaux arrachages de nos pancartes, vol d’un drapeau – cette fois les auteurs étaient de jeunes hommes – et finalement, dans une agressivité croissante, tentative d’empêcher la prise de parole programmée du CREAL en essayant de s’emparer du micro et aux cris de « Pas de micro pour les fachos ».

L’islamophobie, arme-valise des destructeurs de la liberté de conscience

Heureusement quelques militantes et militants respectueux de la démocratie se sont interposé·es. Nous les en remercions.

Les accusations d’islamophobie – terme polysémique que nous n’utilisons pas – visent à assimiler la laïcité au racisme.

La haine des femmes ou des hommes, quelles que soient leurs convictions ou opinions, est étrangère aux militantes et militants du CREAL. En 21 ans d’existence, de rencontres et d’échanges, en consultant nos publications et notre site, nul·lּּe dans le département n’en peut douter, nul·lּּe ne peut nier notre engagement contre le racisme et l’extrême-droite, pour les libertés fondamentales.

La critique, la satire des religions n’est ni un délit, ni un crime

En revanche nous avons régulièrement critiqué les religions – toutes les religions. Cette critique s’en prend aux dogmes, à leurs défauts, leurs méfaits, leur emprise, pas aux croyantes et croyants.

La critique, la satire des religions n’est ni un délit, ni un crime en France depuis la Révolution qui a aboli le crime de blasphème.

Nous avons la conviction que la discussion et l’échange sont plus utiles au mouvement social que l’insulte et la brutalité. Des approches différentes ne sauraient conduire à des agressions dans le camp féministe en se trompant d’adversaire : notre ennemi commun, c’est le patriarcat.

Les méthodes utilisées contre les militantes et les militants du CREAL au cours de la manifestation du 8 mars 2023 restent traumatisantes, elles sont intolérables, néfastes à l’unité et nous vous demandons à toutes et à tous de les condamner fermement.

Catherine Dumont et Ani Cornélis, représentantes du CREAL 76 aux réunions unitaires
Francis Vanhée, président du CREAL76

Dernières nouvelles

0 commentaires

 

Adhérez à l’ADLPF / Demande d’infos.

9 + 10 =